CAS­SANDRE LAN­FRAN­CHI

L'Obs - - Grands Formats -

51 ans, char­gée de pro­duc­tion théâtre. Elle ha­bite à Fer­ney-Vol­taire (Ain). Elle a réa­li­sé que le per­mis de conduire était un gouffre fi­nan­cier lorsque ses en­fants se sont mis à le pré­pa­rer. « C’était très cher, il a été com­pli­qué de trou­ver une au­to-école, puis il a fal­lu at­tendre d’avoir une place pour pas­ser l’exa­men. » « On se de­mande par­fois si ce n’est pas du ra­cket. Au bout de vingt heures de conduite, les au­to-écoles ont in­té­rêt à vous dire : “Vous n’êtes pas prêt, il fau­drait faire dix heures de plus.” Pour­quoi ne pour­rait-on pas faire pas­ser le per­mis – tout au moins le Code, la par­tie théo­rique –, dans le temps sco­laire, au ly­cée ? Ce se­rait plus éga­li­taire. D’au­tant que la pos­ses­sion du per­mis est qua­si in­dis­pen­sable pour tra­vailler et que son prix est au­jourd’hui la cause de beau­coup d’in­éga­li­tés. On pour­rait aus­si ima­gi­ner de le faire pas­ser lors de ses­sions de deux ou trois jours, dans l’es­prit de la jour­née dé­fense et ci­toyen­ne­té, dé­jà en place pour les jeunes. Les au­to-écoles conti­nue­raient à for­mer à la conduite, mais il est cer­tain que leur rôle se­rait ré­duit. Quant à l’exa­men pra­tique de conduite, peut-être que l’on pour­rait aus­si le faire pas­ser au sein de l’Edu­ca­tion na­tio­nale ou de l’ar­mée. Ce­la me semble plus ef­fi­cace que d’ac­cor­der des prêts pour payer les au­to-écoles. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.