C’est la ca­ta

LA MÉ­LAN­CO­LIE DE LA RÉ­SIS­TANCE, PAR LÁSZLÓ KRASZNAHORKAI, TRA­DUIT DU HON­GROIS PAR JOËLLE DUFEUILLY, FOLIO, 444 P., 8,20 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DA­VID CA­VI­GLIO­LI

Ce ro­man du Hon­grois László Krasznahorkai (pho­to), adap­té au ci­né­ma par Bé­la Tarr sous le titre « les Har­mo­nies Wer­ck­meis­ter », pour­rait se ré­su­mer ain­si : une ca­tas­trophe est en train de se pro­duire, mais la­quelle? Ça se passe dans une pe­tite ville hon­groise. Des trains se rentrent de­dans. Des bandes pillent et sac­cagent. Une troupe de fo­rains di­ri­gés par une in­car­na­tion du Dé­mon ar­rive en ville. Des étran­gers mu­tiques et im­mo­biles se ras­semblent, sans qu’on sache pour­quoi. « Le cours des ha­bi­tudes était de­ve­nu aléa­toire, un in­domp­table chaos avait bou­le­ver­sé les mé­ca­nismes quo­ti­diens, l’ave­nir était in­si­dieux, le pas­sé ré­vo­lu, […] seules les ma­ni­fes­ta­tions de cette dés­in­té­gra­tion étaient per­cep­tibles, les causes, elles, de­meu­raient in­sai­sis­sables et in­dé­fi­nis­sables. » Faite de longues phrases im­per­tur­bables, cette aus­tère farce apo­ca­lyp­tique avance len­te­ment et nous em­porte, comme toutes les ca­tas­trophes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.