RAY­MOND SOUBIE S’IN­QUIÈTE DE L’ANTISYNDICALISME

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

An­cien conseiller so­cial de Ray­mond Barre à Ma­ti­gnon et de Nicolas Sar­ko­zy à l’Ely­sée, Ray­mond Soubie s’in­quiète du rôle que les dif­fé­rents can­di­dats à la pré­si­den­tielle ac­cordent aux syn­di­cats. Certes les pro­grammes sont en­core « as­sez im­pré­cis et évo­lu­tifs » à ce stade, mais la ten­dance est dan­ge­reuse… Car, pour le pré­sident des so­cié­tés de conseil Alixio et Tad­deo, « au­cune ré­forme ne peut réus­sir sans dia­logue et pour dia­lo­guer, il faut être deux ». Dans la pre­mière mou­ture de son pro­gramme, Fran­çois Fillon était prêt à émiet­ter la re­pré­sen­ta­tion des sa­la­riés en sup­pri­mant le mo­no­pole syn­di­cal au pre­mier tour des élec­tions pro­fes­sion­nelles. Em­ma­nuel Macron, lui, veut confier la ges­tion de l’as­su­rance-chô­mage à l’Etat, quitte à re­ti­rer cette pré­ro­ga­tive aux par­te­naires so­ciaux. Le can­di­dat d’En Marche ! veut certes dé­ve­lop­per les ac­cords d’en­tre­prise. « Mais ne dit pas com­ment il crée les condi­tions pour qu’il y ait des syn­di­cats forts », re­grette Soubie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.