La pho­to de la se­maine Co­lère guya­naise

L'Obs - - Sommaire - PAR JODY AMIET / AFP

Je couvre l’ac­tua­li­té guya­naise de­puis dix-huit ans. Et ce­la fait des mois que je vois mon­ter le ras-le-bol de toute une po­pu­la­tion déshé­ri­tée, me­na­cée et igno­rée de la mé­tro­pole. La grève gé­né­rale est mas­si­ve­ment sou­te­nue et se dé­roule dans un très bon cli­mat d’en­traide et de com­mu­ni­ca­tion. Les Guya­nais uti­lisent les ré­seaux so­ciaux pour faire cir­cu­ler leurs mots d’ordre, leurs re­ven­di­ca­tions et les images des ma­ni­fes­ta­tions. Pour l’heure, la po­pu­la­tion n’est pas prise en otage. Les ha­bi­tants sont in­for­més des bar­rages et des pos­si­bi­li­tés d’ap­pro­vi­sion­ne­ment en car­bu­rant. Il n’y a pas de pé­nu­rie dans les ma­ga­sins. En tant que pho­to­graphe, je n’ai au­cune dif­fi­cul­té à tra­vailler. Au contraire, les ma­ni­fes­tants ac­ceptent vo­lon­tiers de se lais­ser pho­to­gra­phier. Ils veulent que leur com­bat soit dif­fu­sé le plus lar­ge­ment pos­sible. La mo­bi­li­sa­tion des « 500 Frères contre la dé­lin­quance » a été le dé­clen­cheur et le sym­bole de la ré­volte. Mais, au­jourd’hui, ces cos­tauds qui veulent faire res­pec­ter l’ordre dans les rues ne veulent pas être ré­cu­pé­rés par les mé­dias pour don­ner une image in­quié­tante du mou­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.