BRI­GITTE, EM­MA­NUEL ET “MIMI”

Le couple Ma­cron n’hé­site pas à se mettre en scène dans la presse people. Il est conseillé par la reine des pa­pa­raz­zis, Michèle Mar­chand

L'Obs - - En Couverture - Par NA­THA­LIE FUNÈS

Q uand ils ont at­ter­ri à Lis­bonne, trois pa­pa­raz­zis les at­ten­daient, té­lé­ob­jec­tif au poing. Le couple a fait comme d’ha­bi­tude. Il a pré­ve­nu Bes­ti­mage. Dans les deux heures, un qua­trième pho­to­graphe, dé­pê­ché par la pa­tronne de l’agence, Michèle Mar­chand, la pa­pesse du cli­ché people, s’en­vo­lait pour le Por­tu­gal. L’es­ca­pade d’Em­ma­nuel et Bri­gitte Ma­cron n’était pas des­ti­née à res­ter dis­crète. L’évé­ne­ment a fait la une du pre­mier nu­mé­ro de l’an­née de « VSD ». En titre : « Em­ma­nuel Ma­cron, l’amou­reux du pou­voir. Der­niers mo­ments d’in­ti­mi­té avec son épouse Bri­gitte avant la ba­taille de 2017. » En pho­to, le couple en train de s’em­bras­ser, « tendre bai­ser place du Com­merce, à Lis­bonne, le 26 dé­cembre à 15 h ».

Dix cou­ver­tures de « VSD » en un an, quatre de « Pa­ris Match », deux de « Closer », une de « Voi­ci ». Em­ma­nuel et Bri­gitte à Lis­bonne, mais aus­si à Rome, à Biar­ritz, au Tou­quet, à Ville-d’Avray… Les Ma­cron passent ra­re­ment des va­cances sans pho­to­graphe. Ils ont or­ga­ni­sé la com­mu­ni­ca­tion de leur vie pri­vée. « Il y a un contrat d’ex­clu­si­vi­té moral avec Bes­ti­mage, re­con­naît Syl­vain Fort, porte-pa­role d’En Marche! Ce­la per­met de mieux maîtriser leur image, le choix des pho­tos qui cir­culent sur eux. Quand ils sont vic­times d’une pa­pa­raz­zade, ils font ap­pel à un pho­to­graphe de l’agence, ils sont sûrs, ain­si, d’avoir des cli­chés plus avan­ta­geux. » Bes­ti­mage, qui a re­pris l’ac­ti­vi­té de la cé­lèbre An­ge­li, est connue dans tout Pa­ris pour avoir « sur­pris » le pré­sident Hol­lande cas­qué en vi­site chez Ju­lie Gayet et peut jouer les tours de contrôle sur le mar­ché des cli­chés people. Il n’est pas rare dé­sor­mais d’aper­ce­voir Michèle Mar­chand par­mi les spec­ta­teurs des mee­tings d’En Marche!, comme à Lyon, le 4 fé­vrier. « Elle était même à l’an­ni­ver­saire de Ti­phaine, la fille de Bri­gitte, la veille, ra­conte un jour­na­liste de “Pa­ris Match”. Elle a pris les Ma­cron sous son aile. »

C’est en avril 2016 que la peo­po­li­sa­tion du couple a com­men­cé. Bri­gitte ac­corde alors un en­tre­tien « ex­clu­sif » à « Pa­ris Match », confie des pho­tos de famille et livre une poi­gnée de confi­dences in­times (« L’amour a tout em­por­té sur son pas­sage »). L’in­ter­view se fait à la bras­se­rie Zeyer, dans le 14e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris. « Je connais­sais Bri­gitte Ma­cron par ma belle-soeur, pro­fes­seur à Frank­lin, ra­conte la jour­na­liste Caroline Pi­goz­zi. Il n’y avait rien d’or­ga­ni­sé, j’ai été la bonne per­sonne, au bon mo­ment. » L’heb­do­ma­daire sort le jour même où Fran­çois Hol­lande dé­fend son bi­lan dans une émis­sion spé­ciale, « Dia­logues ci­toyens », sur France 2. Avec en cou­ver­ture la pho­to du couple dans la cour de l’Ely­sée, « en­semble sur la route du pou­voir ». Une « bê­tise que ma femme re­grette », tranche aus­si­tôt Em­ma­nuel Ma­cron. Mais l’ex­pé­rience, ha­sard ou pas, s’est sys­té­ma­ti­sée. Quatre mois plus tard et juste avant la dé­mis­sion de Ber­cy, le couple re­fait la une de « Match ». Lui en short, elle en maillot de bain à fleurs, pieds dans l’eau, sur la plage de Biar­ritz. Les pho­tos sont si­gnées Bes­ti­mage. Pas vrai­ment po­sées, mais loin d’être vo­lées.

« Les po­li­tiques sont de­ve­nus un bon fi­lon pour la presse people, ana­lyse Ma­rion Alom­bert, ré­dac­trice en chef de “Voi­ci”. En ce mo­ment, les Ma­cron ont le vent en poupe. Leur couple in­trigue, ac­croche. Et ils ont com­pris qu’une ex­po­si­tion bien gé­rée est une pu­bli­ci­té ef­fi­cace .» Le flot ne se ta­rit pas. De nou­velles pho­tos du couple conti­nuent d’ar­ri­ver dans les ré­dac­tions. Les Ma­cron ont-ils main­te­nant le sen­ti­ment d’être al­lés trop loin? Les de­mandes re­la­tives à leur vie pri­vée passent dé­sor­mais par la cel­lule com­mu­ni­ca­tion d’En Marche ! Ils ont por­té plainte contre «Fran­ceDi­manche» qui an­non­çait leur di­vorce (une pre­mière) et « re­fusent au­jourd’hui toutes les sol­li­ci­ta­tions », dixit Syl­vain Fort. Les confi­dences in­times de Bri­gitte, of­fi­ciel­le­ment, c’est fi­ni.

A gauche, Em­ma­nuel et Bri­gitte Ma­cron. Ci-contre, Michèle Mar­chand, sur­nom­mée “Mimi”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.