LETTRE AU DER­NIER GRAND PIN­GOUIN PAR JEAN-LUC PORQUET

L'Obs - - Critiques - ANNE CRIGNON

Ver­ti­cales, 210 p. 19,50 eu­ros.

Un jour­na­liste du « Ca­nard » fait l’éloge du grand pin­gouin. Tout est nor­mal. Ce qui l’est moins, c’est la bar­ba­rie hu­maine à la­quelle fut confron­té pen­dant des siècles ce bel oi­seau digne et mal­adroit (il ne sa­vait pas vo­ler), convoi­té pour sa chair tendre et ses oeufs, cé­dés à prix d’or aux col­lec­tion­neurs. Le 3 juin,sur l’île po­laire d’El­dey, les deux uniques sur­vi­vants furent dé­ca­pi­tés par des pê­cheurs is­lan­dais. « Seule une poi­gnée de rê­veurs reste han­tée par ta dis­pa­ri­tion », écrit Jean-Luc Porquet, dans une lettre phi­lo­so­phique à l’oi­seau dis­pa­ru. Où se­ront, dans trente ans, l’élé­phant, le fu­ret à pattes noires ou le pe­tit pin­gouin, le plus rare et me­na­cé des oi­seaux ma­rins ? Une élé­gie d’une grande dé­li­ca­tesse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.