PRE­MIER RO­MAN

L'Obs - - Critiques - LES NATASHA PAR YELENA MOSKOVICH DA­VID CAVIGLIOLI

Tra­duit de l’an­glais par Lau­ra Bri­mo, Vi­viane Ha­my, 266 p., 19 eu­ros.

Des pros­ti­tuées de l’Est, re­bap­ti­sées Natasha, sont en­fer­mées dans une pièce sor­dide sous la sur­veillance d’une Natasha-en-chef. Elles pa­potent. Pen­dant ce temps, deux per­son­nages mal à l’aise avec leur iden­ti­té sexuelle cir­culent à Pa­ris, per­dus dans leurs sou­ve­nirs et leurs fan­tasmes. Tous ces gens ne se ren­contrent ja­mais, mais leurs rê­ve­ries se croisent, re­liées dans une sorte d’ar­rière-monde. Mal­gré ce jeu thé­ma­tique sur l’iden­ti­té, le sexe, le réel et le fan­tasme, tout ce­ci est confus. Le texte vaut pour son écri­ture char­nelle et at­mo­sphé­rique, qui en­voûte comme de la poé­sie en prose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.