Les ha­bits sont-ils des sculp­tures ?

L'Obs - - Tendances - Par SO­PHIE FON­TA­NEL

Votre ser­vi­teuse rentre de Wa­ke­field, pe­tite ville du York­shire, en An­gle­terre. Il y a là-bas jus­qu’en juin une ex­po­si­tion, « Di­so­be­dient Bo­dies », sur la fa­çon dont les ha­bits nous fa­çonnent. Ça mé­lange vê­te­ments (de chez Comme des Gar­çons, par exemple) et sculp­tures (de Hen­ry Moore, par exemple). Le com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, Jo­na­than Anderson, est le di­rec­teur ar­tis­tique de la marque Loewe. C’est un pe­tit gé­nie de la mode. Il a, par ailleurs, un don ora­toire (rare chez ses col­lègues) et a fait un dis­cours pour l’inau­gu­ra­tion de l’ex­po. Ce qu’il a dit à cette oc­ca­sion nous semble par­fai­te­ment ex­pri­mer le ma­laise ab­surde exis­tant entre la mode et l’art. Il a dit qu’il vi­vait ce ma­laise en lui-même. Que ça le te­naillait comme un com­plexe, en quelque sorte. Ce com­plexe, le monde en­tier l’a. La mode a beau être no­tam­ment au Louvre, avec les bi­joux qui nous res­tent de dif­fé­rentes époques de l’his­toire, la mode a beau être en­trée au Me­tro­po­li­tan Mu­seum grâce à une an­cienne di­rec­trice de ma­ga­zine, Dia­na Vree­land, dans les an­nées 1970, la mode a beau avoir « des mu­sées » par­tout dans le monde… qu’à ce ce­la ne tienne, elle reste sus­pecte. On lui re­proche d’être mer­can­tile. Comme si l’art ne l’était pas ! On lui re­proche d’être condam­née à être por­tée pour exis­ter : comme si une mu­sique n’était pas condam­née à être jouée pour se faire en­tendre ! On lui re­proche d’obéir à des ten­dances : comme si l’art s’en pri­vait, avec ses cotes per­ma­nentes, la­pi­daires. On lui re­proche de se prendre au sé­rieux. Tan­dis que l’art… On lui re­proche d’être « bar­rée », alors que c’est le signe de sa li­ber­té ar­tis­tique. Pour­quoi ce mé­pris ? Votre ser­vi­teuse a son idée sur la ques­tion : le plus grand caillou dans la chaus­sure de la mode, c’est qu’elle est es­sen­tiel­le­ment fé­mi­nine. Eh oui. Qu’à ce­la ne tienne, elle fait son che­min en sous-main, et une ex­po­si­tion comme celle du Hep­worth Wa­ke­field fait tom­ber des pré­ju­gés. Bé­nie soit-elle !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.