Dans les co­lo­nies de la dis­corde

Voyage sur la route 60, qui tra­verse la Cis­jor­da­nie du nord au sud. Sur cet axe se concentrent ces im­plan­ta­tions dont l’exis­tence em­pêche la créa­tion d’un Etat pa­les­ti­nien in­dé­pen­dant

L'Obs - - SOMMAIRE - De notre correspondant HADRIEN GOSSET-BERNHEIM Pho­to­gra­phies de YONATHAN WEITZMAN pour “l’Obs”

Il y a cin­quante ans, lors de la guerre de SixJours, Is­raël écra­sait les ar­mées de quatre pays arabes coa­li­sées et pre­nait le contrôle de la Cis­jor­da­nie. Ce re­tour dans Jé­ru­sa­lem et la Ju­dée-Sa­ma­rie bi­blique met­tait fin à un hia­tus de deux mille ans, es­ti­maient alors Is­raé­liens de gauche comme de droite. Mais, dans l’eu­pho­rie de la vic­toire, c’est un gouffre qui s’ouvre en réa­li­té de­vant eux. Fal­lait-il aban­don­ner ce ca­deau em­poi­son­né à ses ha­bi­tants pa­les­ti­niens ou, au contraire, l’an­nexer une bonne fois pour toutes, quitte à mettre en pé­ril la ma­jo­ri­té juive de l’Etat?

Pour ne pas avoir vou­lu choi­sir, Is­raël a lais­sé le sio­nisme re­li­gieux, l’idéo­lo­gie au coeur du mou­ve­ment des co­lo­nies, dé­ci­der pour lui. Ils sont ain­si au­jourd’hui plus de 400000 juifs à vivre de l’autre cô­té de la ligne verte, la fron­tière qui sé­pa­rait Is­raël de la Jor­da­nie jus­qu’en juin 1967. Une pré­sence una­ni­me­ment dé­non­cée par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale, qui di­vise la so­cié­té is­raé­lienne et qui joue un rôle cen­tral dans le long conflit avec les Pa­les­ti­niens.

De­puis les ac­cords d’Os­lo en 1993, le prin­cipe d’un par­tage dans le­quel les grands blocs de co­lo­nies re­grou­pés au­tour de Jé­ru­sa­lem res­te­raient sous contrôle is­raé­lien en contre­par­tie d’un échange de terres a été pour­tant ac­té par les di­ri­geants des deux camps.

Une so­lu­tion a prio­ri rai­son­nable qui conti­nue de bu­ter sur un os. Une arête plu­tôt : la route 60, l’ar­tère qui tra­verse la Cis­jor­da­nie du nord au sud et le long de la­quelle est dis­po­sé un cha­pe­let de co­lo­nies iso­lées. A moins d’être dé­man­te­lées, ces im­plan­ta­tions où vivent entre 100000 et 150000 juifs obèrent to­ta­le­ment la conti­nui­té ter­ri­to­riale d’un fu­tur Etat pa­les­ti­nien. Elles sont d’ailleurs là pour ça. D’au­tant que per­sonne ne semble en me­sure de for­cer leurs ha­bi­tants à en par­tir : dis­po­sant de so­lides re­lais à tous les ni­veaux de l’Etat, ils peuvent sur­tout comp­ter sur l’in­dé­ci­sion d’une opi­nion pu­blique échau­dée par la dé­cen­nie de vio­lences avec le Ha­mas qui a sui­vi l’éva­cua­tion de la bande de Ga­za en 2005.

Et si la co­lo­ni­sa­tion était dé­sor­mais trop pro­fon­dé­ment ins­tal­lée pour per­mettre la créa­tion d’une en­ti­té ter­ri­to­riale pa­les­ti­nienne co­hé­rente et in­dé­pen­dante au cô­té de l’Etat hé­breu? Do­nald Trump lui­même, lors de sa ré­cente vi­site dans la ré­gion, s’est d’ailleurs bien gar­dé de par­ler de « deux Etats »… Afin de com­prendre leur en­ra­ci­ne­ment fa­rouche, « l’Obs » a par­cou­ru les co­lo­nies de la route 60, cette épée plan­tée dans le coeur du pro­jet na­tio­nal pa­les­ti­nien.

En Cis­jor­da­nie, comme ici près de la co­lo­nie de Beit El, tous les ar­rêts de bus de la route 60 sont pro­té­gés par des sol­dats et des plots des­ti­nés à ar­rê­ter les voi­tures-bé­liers, afin de pré­ve­nir les at­ten­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.