OFRA, LA “MÈRE” DE TOUTES LES CO­LO­NIES

L'Obs - - GRANDS FORMATS -

Pay­sage âpre de col­lines moyennes, la ré­gion que tra­verse la route 60 met ins­tan­ta­né­ment les sens du voya­geur en éveil. Rou­ler sur cet axe étroit peut, les jours d’attentat ou de ra­tis­sage par Tsa­hal, se ré­vé­ler pé­rilleux, se­lon que votre vé­hi­cule ar­bore une plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion jaune (is­raé­lienne) ou blanche (pa­les­ti­nienne). Les uns et les autres n’ont de toute fa­çon pas d’autre choix que de se croi­ser sur l’ar­tère qui, de­puis tou­jours, struc­ture le ré­seau rou­tier de la Pa­les­tine bi­blique. Une voie dont les ac­co­te­ments semblent être la pro­prié­té ex­clu­sive des juifs, hommes, femmes, ado­les­cents, qu’on peut voir aux ar­rêts de bus at­tendre qu’une voi­ture s’ar­rête. L’au­to-stop est un élé­ment cen­tral du mode de vie des ha­bi­tants des im­plan­ta­tions; une né­ces­si­té – les trans­ports pu­blics sont rares et les dis­tances éle­vées – au­tant qu’un acte po­li­tique : l’af­fir­ma­tion qu’ils sont par­tout chez eux « en Ju­déeSa­ma­rie ». Il s’agit d’im­po­ser une vo­lon­té col­lec­tive à un en­vi­ron­ne­ment hos­tile où la pré­sence des « Arabes » est un élé­ment par­mi d’autres, au même titre que le cli­mat ou la to­po­gra­phie. Com­pre­nant qu’il n’y a pas la place sur un aus­si pe­tit ter­ri­toire pour deux pro­jets na­tio­naux, les co­lons ont choi­si de croire que ce­lui des Pa­les­ti­niens n’est qu’une lu­bie pas­sa­gère. Sans ce­la, au­raient-ils eu l’idée d’ins­tal­ler Ofra au bord de la route 60, à proxi­mi­té de plu­sieurs vil­lages arabes? A l’époque, en 1975, la so­cié­té is­raé­lienne est sor­tie mo­ra­le­ment bri­sée de la guerre de Kip­pour : pour une poi­gnée de jeunes sio­nistes re­li­gieux, il s’agis­sait de la sau­ver spi­ri­tuel­le­ment en ac­com­plis­sant la pro­messe di­vine de re­nais­sance du royaume d’Is­raël sur son ter­ri­toire his­to­rique. C’est ain­si qu’Ofra est de­ve­nue la ma­trice ori­gi­nelle du mou­ve­ment des co­lo­nies. L’idéal de vie com­mu­nau­taire et de tra­vail de la terre, ins­pi­ré de l’ex­pé­rience du kib­boutz de ses fon­da­teurs, s’est sans doute étio­lé. Mais la stra­té­gie à deux temps qui a per­mis la créa­tion de toutes les autres im­plan­ta­tions conti­nue de s’éla­bo­rer ici : mettre les gou­ver­ne­ments de gauche comme de droite de­vant le fait ac­com­pli avant de les contraindre à construire les in­fra­struc­tures pu­bliques qui leur confé­re­ront une lé­ga­li­té de fait. « Voyez, tout est là », dit Pin­has Wal­ler­stein, l’an­cien se­cré­taire gé­né­ral d’Ofra, en mon­trant la carte du plan de dé­ve­lop­pe­ment de la ré­gion da­tant de 1977. Rien ne manque : chaque co­lo­nie, chaque zone in­dus­trielle, chaque route construite au cours des trois dé­cen­nies du­rant les­quelles ce sexa­gé­naire sans cesse en mou­ve­ment di­ri­gea le Conseil de Ye­sha, le conseil des co­lons, y était dé­jà scru­pu­leu­se­ment ré­fé­ren­cée. On compte dé­sor­mais 131 co­lo­nies et 97 avant-postes à tra­vers la Cis­jor­da­nie. « Dès le dé­part, nous avions tout pré­vu pour rendre im­pos­sible l’exis­tence d’un Etat pa­les­ti­nien », in­siste Pin­has Wal­ler­stein.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.