10 choses à sa­voir sur… Mar­lène Schiap­pa

Blogueuse, fé­mi­niste et gaf­feuse… La nou­velle se­cré­taire d’Etat char­gée de l’Ega­li­té entre les femmes et les hommes fait dé­jà polémique

L'Obs - - SOMMAIRE - MA­RIE VATON

FILLE DE BABOUVISTE

On ne sait pas grand-chose de la nou­velle se­cré­taire d’Etat char­gée de l’Ega­li­té entre les femmes et les hommes. Celle qui se pré­sente comme jour­na­liste, blogueuse, écri­vaine, en­tre­pre­neure et fé­mi­niste a 34 ans. Elle est ori­gi­naire de Corse par son père, Jean-Marc Schiap­pa, his­to­rien en­ga­gé et spé­cia­liste du ba­bou­visme, la doc­trine éga­li­ta­riste du ré­vo­lu­tion­naire Grac­chus Ba­beuf. Elle n’est pas com­mu­niste, mais « de gauche » ayant gran­di « dans des ci­tés dif­fi­ciles » et « po­pu­laires » à Bel­le­ville, à Pa­ris, et en ban­lieue. Dans « Les len­de­mains avaient un goût de miel », son der­nier ro­man, elle ra­conte la vie de son ar­rière-grand-mère dans un quar­tier pauvre de Di­jon au

XIXe siècle.

MÈRE ET MA­MAN

Jeune mère de deux en­fants, elle fait le buzz en 2008 avec son blog « Ma­man tra­vaille », ti­ré de son ex­pé­rience de femme confron­tée à des ho­raires à ral­longe à Eu­roRSCG. Elle fonde en­suite un ré­seau de lob­bying pour por­ter le dé­bat sur le « pla­fond de mère ». A la mai­rie du Mans, élue de la so­cié­té ci­vile, elle de­vient en 2014 ad­jointe apo­li­tique, dé­lé­guée à l’éga­li­té pour le maire PS Jean-Claude Bou­lard. A l’époque, quand les réunions sont pro­gram­mées après 18 heures, elle n’hé­site pas à dé­bar­quer avec ses filles.

CHARGE MEN­TALE

Dans son pre­mier ro­man, « Pas plus de 4 heures de som­meil », écrit en SMS et cap­tures d’écran Fa­ce­book, on peut lire ça : « Par­fois, tu te dis que la seule dif­fé­rence entre une mère cé­li­ba­taire et toi, c’est que la mère cé­li­ba­taire n’en­tend pas ron­fler la nuit. » La charge men­tale, quoi !

FAN DE MA­CRON

A l’été 2016, l’élue sar­thoise, ad­mi­ra­tive de la « mé­thode » et du « re­gard no­va­teur » d’Emmanuel Ma­cron, l’in­vite à la re­mise du la­bel French Tech au Mans, et s’in­ves­tit en­suite dans sa cam­pagne en tant que res­pon­sable du pôle éga­li­té. Très zé­lée, elle a en­traî­né sa fille aî­née à se mettre En Marche !. La pe­tite de 10 ans a été vue à un conseil mu­ni­ci­pal (après 18 heures ?) et a par­ti­ci­pé à une émis­sion sur C8 face à Be­noît Ha­mon et Jean-Luc Mé­len­chon. Aux der­nières nou­velles, elle se­rait en train de dis­tri­buer des tracts pro-Ma­cron aux pa­rents de ses co­pines.

FAN DE DESPENTES

Comme toutes les fé­mi­nistes de sa gé­né­ra­tion, Mar­lène Schiap­pa s’est pros­ter­née de­vant « King Kong Théo­rie », de Vir­gi­nie Despentes. Mais, bonne élève, elle a aus­si lu Si­mone de Beau­voir et aime bien ci­ter Bri­gitte Gré­sy, ins­pec­trice gé­né­rale des af­faires so­ciales de­puis 2006. Punk, certes, mais ins­ti­tu­tion­nelle aus­si.

“SANS MA­LICE”

Mar­lène Schiap­pa n’a pas froid aux yeux. Ac­cu­sée par Alain Fin­kiel­kraut de vou­loir fa­vo­ri­ser le voile à l’école, elle a ré­pon­du per­son­nel­le­ment au « grand phi­lo­sophe », confes­sant « sans ma­lice » avoir tou­jours pen­sé qu’il était « un chro­ni­queur de té­lé­vi­sion ». Le « grand Aca­dé­mi­cien » l’a en­cou­ra­gée « toutes af­faires ces­santes », et avec une grande bien­veillance, à lire « “Une France sou­mise” (avec une pré­face lu­mi­neuse d’Eli­sa­beth Ba­din­ter) ». On ignore à ce jour si elle a sui­vi son conseil éclai­rant.

MAÎTRESSE

Après « Fin­kie », c’est Ha­nou­na qui s’est fait re­mon­ter les bre­telles suite à ses ca­nu­lars ho­mo­phobes sur « TPMP ». Elle lui a fi­lé quelques conseils que l’ani­ma­teur va sû­re­ment s’em­pres­ser de suivre, comme ce­lui d’af­fi­cher sur le pla­teau des in­fo­gra­phies sur les peines en­cou­rues pour les agres­sions sexuelles. Ou de mettre un buz­zer pour chaque pa­role « fran­chis­sant la ligne jaune ». Un nou­veau jeu « ri­go­lo » en pers­pec­tive.

GROSSOPHOBIE

Sa no­mi­na­tion a fait grin­cer des dents pas mal de fé­mi­nistes qui l’ac­cusent de sexisme et de grossophobie après un livre pu­blié en 2010 aux édi­tions La Mu­sar­dine, « Osez... l’amour des rondes ». Sur un ton ba­din et lé­ger, elle y ex­plique que les grosses, « spé­cia­listes de la fel­la­tion », « sont sen­suelles, elles at­tirent le mâle en rut et quand on y goûte, on ne peut plus s’en pas­ser ». En­core faut-il qu’elles ne s’en­ferment pas « dans le rôle de la co­pine obèse qui a tou­jours un reste de sau­cis­son au fond de son sac à main ».

BLAGUEUSE

Mar­lène Schiap­pa se croit drôle. Dans son es­sai « Ma­man tra­vaille, le guide », mis à l’in­dex lui aus­si, elle ex­plique com­ment gru­ger la Sé­cu pour ob­te­nir un con­gé pa­tho­lo­gique après une ma­ter­ni­té : « A in­ter­valles ré­gu­liers, te­nez votre tête en fer­mant les yeux et en gri­ma­çant. Puis re­de­ve­nez nor­male. » Mais puis­qu’on vous dit que c’est mar­rant.

QUAND ÇA VEUT PAS…

Pour faire ou­blier ses en­nuis, la spé­cia­liste des mères ac­tives a alors dé­gai­né sa pre­mière me­sure : « un con­gé ma­ter­ni­té unique pour toutes les femmes », quel que soit leur sta­tut pro­fes­sion­nel. Bien, mais à quand l’al­lon­ge­ment du con­gé pa­ter­ni­té pour sou­la­ger les femmes ? lui a-t-on ré­pli­qué sur Twit­ter. Ca­ram­ba, en­core ra­té…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.