Quand Mé­len­chon est ac­cu­sé de “gou­ja­te­rie”

L'Obs - - LE TÉLÉPHONE ROUGE - SERGE RAFFY

Le chef de La France in­sou­mise a pro­vo­qué la co­lère de deux res­tau­ra­trices mar­seillaises, ce week-end, dans la ci­té pho­céenne. Jean-Luc Mé­len­chon avait ré­ser­vé, deux jours plus tôt, dans un éta­blis­se­ment de la place aux Huiles, Le Bis­trot des Dames, une di­zaine de cou­verts pour lui et son équipe. Ar­ri­vé en taxi de­vant le res­tau­rant, il a brus­que­ment chan­gé d’avis et est par­ti sans pré­ve­nir les pa­tronnes du lieu, qui l’ont at­ten­du plus d’une heure, en vain. Sans nou­velles, elles ont fi­ni par joindre l’at­ta­chée de presse de l’ex-mi­nistre de Lio­nel Jos­pin. Sans ob­te­nir la moindre ex­cuse de l’in­té­res­sé. Une « gou­ja­te­rie », se­lon elles, qui ne se fait pas à Mar­seille. Cette in­dé­li­ca­tesse de Jean-Luc Mé­len­chon fait, bien sûr, le bon­heur des par­ti­sans de Pa­trick Men­nuc­ci, le can­di­dat so­cia­liste, dé­pu­té sor­tant de la cir­cons­crip­tion et ri­val de Mé­len­chon. Ils ont ré­pan­du l’in­for­ma­tion sur « le no­made

po­li­tique qui ne res­pecte pas les Mar­seillais » et qui semble « de plus en plus ner­veux » au fil de la cam­pagne. Pas sûr que l’a aire du Bis­trot des Dames, res­tau­rant ré­pu­té, per­mette au can­di­dat so­cia­liste d’a ai­blir Mé­len­chon et d’être pré­sent au se­cond tour, tant la vague ma­cro­niste semble sub­mer­ger le Vieux-Port. La re­pré­sen­tante de La Ré­pu­blique en Marche, Co­rinne Ver­si­ni, « start-up­peuse » ve­nue d’Aix-en-Pro­vence, no­vice en po­li­tique, pour­rait bien ré­soudre le conten­tieux entre les deux « élé­phants ». Et pro­vo­quer un ca­ta­clysme po­li­tique si elle l’em­por­tait. « Mé­len­chon ne s’en re­lè­ve­rait pas. Il re­par­ti­ra comme il est ve­nu, en tou­riste », pro­phé­tise Pa­trick Men­nuc­ci.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.