His­toire de fesses

MA FOLLE OTARIE, DE PIERRE NOTTE. LUCERNAIRE, PA­RIS-6E, 01-45-44-57-34.JUS­QU’AU 24 JUIN

L'Obs - - CRITIQUES - J. N.

Vous vou­lez sa­voir le su­jet de ce mo­no­logue ? C’est la mésa­ven­ture d’un qui­dam aus­si ano­din que Mar­tin, le hé­ros ré­cur­rent de Mar­cel Ay­mé dont Pierre Notte est le conti­nua­teur en étran­ge­té : son fon­de­ment, son der­rière si vous pré­fé­rez, se met à gon­fler comme un bal­lon. Si bien qu’il a pour seule confi­dente et amie une otarie. Une his­toire de fesses en somme, comme le re­frain des Frères Jacques. Créé au der­nier Fes­ti­val d’Avi­gnon, le spec­tacle mis en scène par l’au­teur prouve que l’in­té­rêt d’une pièce ré­side moins dans son su­jet que dans la force de l’écri­ture et l‘in­ter­pré­ta­tion. Prix Jean-Jacques Gau­tier 2017, Brice Hillai­ret, fré­mis­sant et ten­du comme un dan­seur de corde, est ren­ver­sant. On en reste sur le cul.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.