Eloge du masque

Un livre du jour­na­liste Yann Per­reau

L'Obs - - SOMMAIRE - Par XAVIER DE LA PORTE

Jus­qu’à peu, il y avait deux ma­nières de consi­dé­rer l’ano­ny­mat. Soit comme la condi­tion par dé­faut de toute vie hu­maine, dont on sort par choix ou ac­ci­dent ; soit, à re­bours, comme une sous­trac­tion vo­lon­taire à l’iden­ti­fi­ca­tion. Yann Per­reau choi­sit la se­conde dans son « In­co­gni­to. Ano­ny­mat, his­toires d’une contre-culture ». L’im­por­tant ici, c’est le plu­riel d’« his­toires » : Yann Per­reau ne fait pas une his­toire de l’ano­ny­mat mais ra­conte des his­toires d’ano­ny­mat. Où l’on croise aus­si bien les Daft Punk sous leurs casques que les co­mé­diens du théâtre grec sous leurs masques, l’écri­vaine Char­lotte Brontë que le street ar­tist Bank­sy, les ma­thé­ma­ti­ciens du groupe Bour­ba­ki que le sous-com­man­dant Mar­cos.

L’ac­cu­mu­la­tion de ces bio­gra­phies a pour mé­rite d’illus­trer la ri­chesse pro­téi­forme de l’ano­ny­mat choi­si, se­lon les époques et les cir­cons­tances. Rim­baud qui ar­rête d’écrire à 20 ans pour vendre des armes en Afrique, ce n’est pas pa­reil que Ro­main Ga­ry qui choi­sit de dis­pa­raître der­rière Emile Ajar. Chel­sea Man­ning qui uti­lise des ré­seaux ano­ny­mi­sant sur in­ter­net pour faire fui­ter la vi­déo d’une ba­vure de l’ar­mée amé­ri­caine en Irak, c’est dif­fé­rent d’un ré­seau de ré­sis­tants dans la France oc­cu­pée. Yann Per­reau as­sume sa fas­ci­na­tion pour ces tra­jec­toires et les énigmes à chaque fois dif­fé­rentes qu’elles re­cèlent. Il rend compte de leur sin­gu­la­ri­té avec un prin­cipe res­pec­tueux : il n’y au­ra pas de ré­vé­la­tion. « Qu’im­porte au fond la per­sonne réelle der­rière la fic­tion : seuls les per­son­nages in­ven­tés sont in­té­res­sants. Des per­son­nages en forme de point d’in­ter­ro­ga­tion », écrit-il. Le livre est dé­cou­pé en cha­pitres qui dis­tinguent des ca­té­go­ries d’ano­ny­mat. On peut ten­ter de dis­pa­raître ou se créer une autre iden­ti­té pour at­ti­rer l’at­ten­tion. On peut y re­cher­cher la tran­quilli­té et la so­li­tude ou l’ap­par­te­nance à un vaste col­lec­tif, comme les Ano­ny­mous. Les mo­biles aus­si sont di­vers : « trom­per le monde », ou en­core « ren­ver­ser les va­leurs ». Yann Per­reau montre bien ce qu’il pos­tule dans le sous-titre : l’ano­ny­mat est une culture, où les pra­tiques se ré­fèrent les unes aux autres. Dans cette sphère de l’in­co­gni­to, il y a imi­ta­tion, trans­mis­sion, dé­tour­ne­ment… Mais c’est aus­si une contre-culture, qui sup­pose une por­tée cri­tique. Choi­sir d’être ano­nyme, c’est tou­jours se sous­traire à une forme de pou­voir, qu’il soit po­li­tique, mé­dia­tique ou même so­cial. Dans notre monde de sur­veillance, de­ve­nir invisible est sus­pect. Sans être chro­no­lo­gique, le livre montre que nous vi­vons un tour­nant. S’il fut long­temps pos­sible au com­mun des mor­tels de res­ter ano­nyme, les tech­no­lo­gies contem­po­raines in­versent la donne : par la bio­mé­trie, les fi­chiers, les ca­mé­ras, les traces lais­sées sur les ré­seaux, tout le monde est po­ten­tiel­le­ment iden­ti­fié. L’ano­ny­mat cesse donc d’être une condi­tion par dé­faut ; ce­la de­vient une conquête. Et le livre de Yann Per­reau de se trans­for­mer en un plai­doyer énon­çant avec force et mi­nu­tie la né­ces­si­té et les condi­tions tech­niques de l’ano­ny­mat contem­po­rain. Or, de ma­nière contre-in­tui­tive, ce sont au­jourd’hui les plus jeunes qui savent jouer des pos­si­bi­li­tés don­nées par l’in­ter­net – ava­tars dans les jeux en ligne, pro­fils mul­tiples sur les ré­seaux so­ciaux, pseu­do­nymes – pour re­dé­cou­vrir les ver­tus an­ciennes de l’ano­ny­mat : « Les ados ont l’ha­bi­tude, ils savent plus ce qu’ils font qu’on au­rait ten­dance à le croire. Ils prouvent ain­si au jour le jour la pos­si­bi­li­té de res­ter co­hé­rent, per­ti­nent, ré­si­lient, tout en étant mul­tiple. Ain­si se pour­suit l’his­toire de Ch­ris­to­pher Doyon [membre des Ano­ny­mous, NDLR], Chel­sea Man­ning, de leurs pré­dé­ces­seurs Ar­thur Rim­baud, Char­lotte Brontë et tant d’autres qui­dams ano­nymes. L’his­toire de toutes celles et tous ceux qui ont su, de­puis la nuit des temps, se ré­in­ven­ter autres. »

YANN PER­REAU est jour­na­liste. Il pu­blie « In­co­gni­to. Ano­ny­mat, his­toires d’une contre-culture », aux Edi­tions Gras­set.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.