Al­ler simple

Le Havre, ci­té de l’ar­chi­tec­ture

L'Obs - - SOMMAIRE - Par DORANE VIGNANDO

M oche, grise, in­dus­trielle. « Sta­lin­grad-sur-Mer », la sur­nom­mait-on. Le Havre s’est long­temps fait battre. Par la guerre, par le vent, par sa ré­pu­ta­tion en bé­ton. Cette an­née, la ville, qui fête ses 500 ans (le dé­cret fon­da­teur a été édic­té en 1517 par Fran­çois Ier), s’af­fiche sous le feu des pro­jec­teurs. Par son his­toire, son ar­chi­tec­ture, sa pro­gram­ma­tion ar­tis­tique et cultu­relle, et aus­si, sans doute, par une pré­si­den­tielle qui a pro­mu son maire, Edouard Philippe, à Ma­ti­gnon. Ce der­nier di­sait tout ré­cem­ment : « Cet an­ni­ver­saire est l’oc­ca­sion ir­rem­pla­çable de mon­trer la réa­li­té d’une ville sur­pre­nante. » 2017, ou la re­vanche du Havre ?

Pas de tri­che­rie. Pas de faux-sem­blants. La ci­té océane n’au­ra ja­mais le pit­to­resque d’un Hon­fleur ou d’un Deau­ville. Sa pho­to­gé­nie est ailleurs. Dans le bal­let des pa­que­bots et des contai­ners. Dans la lu­mière do­rée se re­flé­tant sur les ca­ba­nons co­lo­rés. Dans les pers­pec­tives gra­phiques des larges ave­nues et des bâ­ti­ments rec­ti­lignes, si­gnés Au­guste Per­ret, l’ar­chi­tecte de la re­cons­truc­tion du centre-ville (to­ta­le­ment dé­truit par les bom­bar­de­ments en 1944), au­jourd’hui clas­sé au pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co.

N’en dé­plaise aux idées re­çues, cette ville a tou­jours plu. Aux ar­tistes, aux écri­vains, aux ci­néastes. De Zo­la à Bal­zac, de Si­mone de Beau­voir à Sartre, de Mar­cel Car­né (« le Quai des brumes ») à Jean Renoir (« la Bête hu­maine »), voire, plus ré­cem­ment, Lu­cas Bel­vaux (« 38 Té­moins ») ou May­lis de Ke­ran­gal avec son roman « Ré­pa­rer les vi­vants », adap­té au ci­né­ma en 2016. Tous ont suc­com­bé à la poé­sie ur­baine et ma­ri­time du Havre. Car le pre­mier port de com­merce ex­té­rieur de la France est d’abord « une ville au pa­tri­moine ex­cep­tion­nel mais re­con­nu comme tel seule­ment de­puis une di­zaine d’an­nées », ex­plique Jean Blaise, di­rec­teur ar­tis­tique de l’évé­ne­ment « Un été au Havre », lors du­quel une ving­taine d’ar­tistes, plas­ti­ciens, de­si­gners ont été conviés « à ve­nir, sur les traces de Nie­meyer et Monet, po­ser leur re­gard sur la ci­té » en dis­sé­mi­nant

leurs oeuvres dans l’es­pace pu­blic. Par­mi elles, « le Temple aux 5000 voeux » de la BaZooKa, les « Jar­dins fan­tômes » de Baptiste De­bom­bourg (fresque en acier lon­geant le bas­sin du Roy), le ba­teau « Love Love » de Ju­lien Ber­thier ou en­core la « Ca­tène de contai­ners » de Vincent Ga­ni­vet, deux arches mo­nu­men­tales éle­vées à l’angle de la rue de Pa­ris et du quai de Sou­thamp­ton, là même où Claude Monet po­sa son che­va­let un ma­tin d’au­tomne 1872 pour réa­li­ser son chef-d’oeuvre, « Im­pres­sion, so­leil le­vant ».

Dé­cou­vrir cette ville, c’est avant tout vi­si­ter des lieux in­con­tour­nables : l’église Saint-Jo­seph (1951-1957), si­gnée Per­ret, et sa tour-lan­terne oc­to­go­nale en bé­ton brut de 107 mètres vi­sible de­puis la mer. L’in­té­rieur, très sobre, est illu­mi­né de 12768 verres co­lo­rés et ac­cueille ac­tuel­le­ment une oeuvre de l’ar­tiste ja­po­naise Chi­ha­ru Shio­ta, co­con tour­billon­nant de laine rouge dé­grin­go­lant du haut de la tour jus­qu’à l’au­tel. Epous­tou­flant. Autre point né­vral­gique, le Vol­can (1982), si­gné Os­car Nie­meyer, ou le « pot de yaourt », comme l’ont bap­ti­sé les Ha­vrais. Res­tau­ré par la mu­ni­ci­pa­li­té en 2015, cet édi­fice blanc tout en courbes (qui tranche avec le clas­si­cisme struc­tu­rel des bâ­ti­ments Per­ret) abrite une scène na­tio­nale et une très belle bi­blio­thèque bai­gnée de lu­mière.

La flâ­ne­rie se pour­suit vers la Porte océane s’ou­vrant sur la Manche, et dont la lu­mière a ins­pi­ré tant de peintres (Gus­tave Cour­bet, Tur­ner, Pis­sar­ro, Braque…). C’est ici, dans la pers­pec­tive de l’ave­nue Foch, que le duo d’ar­tistes Lang/Bau­mann a ins­tal­lé sur la plage de ga­lets sa monumentale struc­ture rec­tan­gu­laire blanche et étrange. Juste en face, sur la pro­me­nade lon­geant la mer, 2 ki­lo­mètres ré­amé­na­gés par l’ar­chi­tecte Alexandre Che­me­toff, la vie bat son plein : les ados font dus­ka­teou­la­queue­de­vant­la­ba­ra­queLesF­ri­tesàVic­tor, les fa­milles ont sor­ti le tran­sat et la gla­cière, d’autres amé­nagent leur « ca­bane » de plage. Un concen­tré d’art de vivre bal­néaire et po­pu­laire. En re­par­tant vers les Docks Vau­ban, site des an­ciens han­gars à ca­fé, on peut aus­si pi­quer une tête aux Bains des Docks, gé­nial com­plexe bal­néo-aqua­tique conçu par Jean Nou­vel en 2008, qui, re­vi­si­tant l’idée des thermes ro­mains, a ima­gi­né toute une sé­rie de bas­sins in­té­rieurs et ex­té­rieurs blancs, dans un jeu gra­phique sur­pre­nant.

C’est que Le Havre reste du pain bé­nit pour les ar­chi­tectes. Outre les tra­vaux d’après-guerre, la ville n’a ces­sé d’in­no­ver : Guy La­gneau et Jean Prou­vé pour le MuMa, le mu­sée d’art mo­derne An­dré-Mal­raux (1961), Othel­lo Za­va­ro­ni pour le pa­lais de la Bourse (de­ve­nu un ca­si­no), et, de­puis les an­nées 2000, les lo­ge­ments en conte­neurs de Char­lotte et Al­ber­to Cat­ta­ni, la su­perbe bi­blio­thèque uni­ver­si­taire de Re­né et Phine Weeke Dot­te­londe, la salle de concerts Le Te­tris de Laurent Mar­tin et Vincent Du­teurtre ou en­core le tout nou­veau Centre de Con­grès de Ri­chez As­so­ciés et Paul An­dreu.

Des gestes forts dans une ville forte. A l’image de ces por­traits de pro­prié­taires de bar ha­vrais, shoo­tés par le pho­to­graphe Franck Gé­rard pour son pro­jet « De rade en rade ». L’oc­ca­sion d’al­ler si­ro­ter une bière au Fu­ni­cu­laire (rue Ma­ré­chal-Gal­lie­ni), au Tro­phée (rue de l’Al­ma), Au Caïd (rue Victor-Hu­go), aux Co­pains d’Abord (quai Ca­si­mir-De­la­vigne)… Tou­ristes et ha­bi­tants, tous vous le di­ront, l’ac­cueil est épa­tant. Pour la cé­ré­mo­nie des 500 ans le 27 mai der­nier, Ca­the­rine Rin­ger l’a même chan­té : « Eh, Le Havre n’est pas vrai­ment sexy, mais c’est un piège pour le coeur. Quand tu y ar­rives tu as un peu peur. Puis quand tu en pars, tu pleures… » Ou presque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.