LES MOTS CROISÉS

L'Obs - - SPÉCIAL PLACEMENTS - Par RO­BERT SCIPION

Pro­blème du 3/4/1968

Horizontalement

I. Dans la bouche d’un homme qui vou­lait chan­ger de bord. – II. Plus on est pros­père, plus on risque d’y être plu­mé. Sym­bole. – III. N’ont pas pa­voi­sé le 11 no­vembre… Un mi­nistre qui peut fi­nir au­tre­ment. – IV. On n’est pas sor­ti de la nôtre. As­sez pour le piou­piou mais pas pour le tour­lou­rou. Points. – V. Lui, c’est quand il n’a pas trou­vé son maître qu’il n’est pas content. Son fils ca­det au­rait eu toutes les rai­sons d’être de mau­vais poil. – VI. Joyce n’a fait son por­trait qu’à un cer­tain âge. En man­chette. – VII. N’ont plus le droit. N’est plus un ar­gu­ment frap­pant. – VIII. Pour faire chan­ter, il a pré­fé­ré prendre un pseu­do­nyme. Di­rec­tion. – IX. Dans l’auxi­liaire. Ré­jouit tou­jours la vue mais pas tou­jours l’ouïe. – X. Ce­lui de Ca­mille n’avait qu’un seul ob­jet.

Verticalement

1. Un duc a fait la conquête de ses femmes plu­tôt ca­va­liè­re­ment. – 2. A très dif­fé­rem­ment ins­pi­ré un Ita­lien et un Amé­ri­cain. Dans un sens, il est fait pour le rentre-de­dans. – 3. La part du feu. – 4. Nom de Dieu. Ont peint un cer­tain nombre de vo­lets. – 5. C’est évi­dem­ment de leur faute si on n’ap­pré­cie pas la com­pa­gnie. – 6. N’est sans doute pas un nos­tal­gique de la cam­pagne. On n’y est ja­mais seul. – 7. Avec ce­lui qui l’est, on ne peut pas avoir de mots. Tel mais pas tel quel. – 8. Le bruit et la fu­reur. Voyelles. – 9. Un beau par­leur. Car­di­naux. Ro­mains. – 10. Etape so­vié­tique. Tou­jours là. – 11. Pro­nom. A tou­ché en re­com­man­dant de ne pas le faire. – 12. Ce­lui qui met un frein à la fu­reur des flots.

So­lu­tion du n° 2744

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.