Ted Chiang est un gé­nie

LA TOUR DE BABYLONE, PAR TED CHIANG, TRA­DUIT DE L’AN­GLAIS PAR PIERRE-PAUL DURASTANTI ET JEAN-PIERRE PUGI, FO­LIO SF, 416 P., 8,20 EU­ROS.

L'Obs - - LIRE - DA­VID CAVIGLIOLI

Ted Chiang, 50 ans, est un in­gé­nieur in­for­ma­tique au tem­pé­ra­ment se­cret qui vit dans la ban­lieue de Seat­tle. On ne sait pas grand-chose de lui, si ce n’est que de­puis 1990, il a pu­blié quinze nou­velles dans des re­vues scien­ti­fiques, des ma­ga­zines de science-fic­tion et sur des sites in­ter­net – toutes de­ve­nues cultes. Comme sou­vent avec les gloires an­glo­phones, la France est pas­sée à cô­té, mais sa ré­pu­ta­tion gran­dit de­puis la sor­tie du film « Pre­mier Contact », adap­té d’une de ces nou­velles. Gal­li­mard sort donc de ses au­gustes pla­cards « la Tour de Babylone », re­cueil de huit his­toires où le gé­nie nar­ra­tif de ce hé­ros très dis­cret nous saute au vi­sage. Chiang part sou­vent d’une idée abs­traite, ve­nue de la théo­lo­gie, de la phi­lo­so­phie ou des sciences dures, et re­garde com­ment, si on la pousse à l’ex­trême, elle peut rendre ses hé­ros mal­heu­reux. Ça donne des fic­tions hau­te­ment concep­tuelles, où la tech­nique et la dra­ma­tur­gie s’en­tre­lacent, et d’au­then­tiques chefs-d’oeuvre.

Pein­ture sur bois du Néer­lan­dais Mar­ten Van Val­cken­borch (1595).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.