L’Amé­rique est mal par­tie

De 1990 à 2001, Jean-Paul Du­bois a fait 72 voyages aux Etats-Unis. Ses re­por­tages sont ré­édi­tés en un vo­lume. Culte

L'Obs - - CRITIQUES - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

L’AMÉ­RIQUE M’IN­QUIÈTE ET AUTRES RÉ­CITS, PAR JEAN-PAUL DU­BOIS, EDI­TIONS DE L’OLI­VIER, COLL. « REPLAY », 688 P., 15,90 EU­ROS.

Ceux qui s’étonnent de voir les Etats-Unis di­ri­gés par un être aus­si raf­fi­né et al­truiste que Do­nald Trump fe­raient mieux de lire Jean-Paul Du­bois. Les autres aus­si. Car tout s’ex­plique, grâce aux ex­tra­or­di­naires re­por­tages ci­se­lés par l’au­teur du « Cas Snei­j­der », entre 1990 et 2001, pour « l’Obs », avec la pré­ci­sion d’un en­to­mo­lo­giste et l’hu­mour des grands déses­pé­rés. Son Amé­rique n’est pas un pays, c’est un zoo, « sans doute le seul zoo de la pla­nète à lais­ser er­rer et di­va­guer en li­ber­té une pa­reille va­rié­té d’in­di­vi­dus exo­tiques, aux idées toxiques et re­torses, tous af­fai­rés, chaque ma­tin, à bri­co­ler et mettre en oeuvre une masse de pro­jets in­con­grus, ter­ri­fiants ou pa­thé­tiques ».

Ici, le beau mé­tier de bour­reau, et ses com­pli­ca­tions bar­bares quand « la chaise élec­trique, vieille de soixan­te­douze ans, fonc­tionne mal ». Là, des gé­nies qui « spé­culent sur des mou­rants et gagnent des mil­lions de dol­lars grâce au si­da, en ver­sant aux ma­lades en phase ter­mi­nale de 50 à 80% de la va­leur de leur as­su­rance-vie. » Là, un père de fa­mille qui, émous­tillé par une « confé­rence sur la mas­tur­ba­tion fé­mi­nine », es­time avoir été « vio­lé » et ré­clame donc 2,5 mil­lions de dol­lars. Et là, un membre de « l’Eglise uni­ver­selle et triom­phante », qui « guette la fin du monde comme on at­tend le bus », fait vi­si­ter ses abris an­ti­ato­miques « avec la même in­gé­nui­té qu’un type dé­si­reux de vous faire ad­mi­rer ses ro­siers ». Il peut être fier : « On se re­trouve cinq mètres sous terre dans un lo­cal de plus de 300 mètres car­rés », qui contient « dix chambres avec des lits dé­jà faits » et as­sez de conserves pour « te­nir un an ».

Par­tout, c’est de la din­gue­rie hu­maine en barre, une jus­tice dé­tra­quée, un goût pour le fric et pour Dieu qui frôle la dé­mence. « Où que j’al­lais, l’Amé­rique sem­blait di­gé­rer de mau­vaises pen­sées », pré­vient Du­bois, dont le grand art sait faire le pro­cès d’une ci­vi­li­sa­tion sans mé­go­ter son em­pa­thie pour les in­di­vi­dus qui la peuplent. Oui, l’Amé­rique est flip­pante. Et Du­bois est son pro­phète.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.