Apo­ca­lypse Babx

ASCENSIONS, PAR BABX (BISONBISON/L’AUTRE DIS­TRI­BU­TION)

L'Obs - - CRITIQUES - SO­PHIE DELASSEIN

Ima­gi­nez un timbre bas et vi­brant sur des ac­cords de pia­no fa­çon Erik Sa­tie. Ce n’est pas la joie, c’est même son contraire, d’au­tant que la voix en ques­tion semble nous an­non­cer sans mé­na­ge­ment la fin du monde. Dans ses chan­sons d’un réa­lisme flip­pant, Babx nous em­mène avec lui sous le ciel de feu de « Tri­po­li », his­toire de « voir dan­ser les ra­fales », d’en­tendre « hen­nir les chars d’as­saut ». Dans une en­vo­lée de cor­beaux, on suit avec lui le cer­cueil d’un dji­ha­diste ano­nyme : « De per­sonne tu ne fus le hé­ros », aime à rap­pe­ler le chan­teur au dé­funt as­sas­sin. On croit res­pi­rer un peu avec « Omaya pt 3 » (der­nier vo­let d’une tri­lo­gie de chan­sons), mais on ne souffle pas : la belle de son coeur est morte sous un man­da­ri­nier, « une tache au coeur, comme un bou­ton de rose ». Comme « le Dor­meur du val » ? Babx en mode Rim­baud, c’est d’une poé­sie à la fois ma­gni­fique, plom­bante et car­ré­ment in­tem­po­relle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.