A mou­rir d’en­nui

UNE VIE, DE PAS­CAL RAMBERT. CO­MÉ­DIE-FRAN­ÇAISE AU VIEUXCOLOMBIER, PA­RIS-6E, 01-44-39-87-00, 20H30. JUS­QU’AU 2 JUILLET

L'Obs - - CRITIQUES - J. N.

Il y a quelques se­maines, Ca­the­rine Hie­gel, grande fi­gure de la Co­mé­dieF­ran­çaise, dé­plo­rait dans nos pages que ses annexes, le Vieux-Co­lom­bier et le Stu­dio-Théâtre, ne se vouent pas da­van­tage à la créa­tion. Il fut un temps où la Mai­son de Mo­lière se consa­crait en ef­fet au­tant au ré­per­toire clas­sique qu’à la dé­cou­verte d’oeuvres nou­velles. A pré­sent, Pas­cal Rambert, qui se flatte d’avoir écrit « Une vie » spé­cia­le­ment pour les co­mé­diens­fran­çais, est l’un des seuls au­teurs contem­po­rains pro­gram­més cette sai­son au Vieux-Co­lom­bier. Et c’est une ca­tas­trophe tant le texte est ver­beux. De la pure phra­séo­lo­gie. On vous re­com­mande le pas­sage où le peintre et le cri­tique d’art qui l’in­ter­viewe énu­mèrent en vrac en­vi­ron cent cin­quante es­pèces d’arbres et de plantes. On di­rait les têtes de cha­pitre d’un ca­ta­logue hor­ti­cole. Au­tant « Clô­ture de l’amour » était un spec­tacle pre­nant, au­tant « Une vie » en­nuie à mou­rir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.