Le ca­hier cri­tiques

L'Obs - - Sommaire - Par JÉ­RÔME GAR­CIN

Ci­né­ma, livres, mu­sique, ex­po­si­tions, théâtre… Notre sé­lec­tion

En fé­vrier der­nier, on avait ren­con­tré, dans son QG de l’Ab­bé-Groult, le can­di­dat d’En Marche ! pour lui faire par­ler de lit­té­ra­ture, de ses am­bi­tions d’hier et de ses goûts d’au­jourd’hui. A la fin de l’en­tre­tien, lors­qu’on avait évo­qué le sur­pre­nant be­soin qu’il avait, sur la route de la pré­si­den­tielle, de s’en­tou­rer d’écri­vains, dont Erik Or­sen­na, il m’avait ré­pon­du : « Le pre­mier d’entre eux, c’est Syl­vain Fort. » Syl­vain Fort, 45 ans, son grand com­mu­ni­cant, et donc l’un des ar­ti­sans de sa vic­toire, avait tout pour plaire, en ef­fet, à Em­ma­nuel Ma­cron, ce ro­man­cier em­pê­ché. Nor­ma­lien, agré­gé de lettres clas­siques, doc­teur ès études ger­ma­niques, pas­sion­né de mu­sique clas­sique, au­teur de livres sur Schil­ler, Hu­go, Puc­ci­ni et Ka­ra­jan, Syl­vain Fort avait fait le choix, au dé­but des an­nées 2000, d’en­trer chez BNP Pa­ri­bas et puis dans plu­sieurs agences de com­mu­ni­ca­tion. Comme Ma­cron était, « en même temps », Ri­coeur et Roth­schild, Gide et Ber­cy, Fort était à la fois Plu­tarque et Pé­be­reau, cla­ve­cin BWV et DGM Con­seil. C’est donc tout lo­gi­que­ment que l’au­teur de « Le­çon lit­té­raire sur l’ami­tié » (PUF) re­joi­gnit l’équipe d’En Marche ! en août 2016, me­na la cam­pagne de son chef à la hus­sarde (il se frac­tu­ra l’épaule en tom­bant de son scoo­ter au ga­lop) et en­tra, à pied, par la grande porte, au pa­lais de l’Ely­sée. Il y est dé­sor­mais en charge du pôle « dis­cours et mé­moire ». Ce pour­rait être le sous-titre du livre ha­gio­gra­phique qu’il consacre à « Saint-Exu­pé­ry Pa­ra­clet » (Pier­reGuillaume de Roux, 15 eu­ros). Que le conseiller et la plume de Ma­cron aime le fa­bu­liste du « Pe­tit Prince », c’est ir­ré­fu­table : son bref es­sai, bar­dé de longues ci­ta­tions, vise à dé­mon­trer les ver­tus conso­la­trices et sal­va­trices du pi­lote de guerre qui tu­toyait les nuages et qui est mort en hé­ros. Mais la ra­pi­di­té avec la­quelle, à peine ins­tal­lé à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, Syl­vain Fort pu­blie cet hymne au « bien­veillant » Saint-Ex fausse la lec­ture qu’on en fait. Cha­cune de ses pages rap­pelle en ef­fet les mee­tings mys­tiques du can­di­dat d’En Marche ! (for­mule em­prun­tée, je le rap­pelle, à « Vol de nuit »). Car il est ques­tion, ici, de « faire vivre l’homme avec l’homme », de ré­ap­prendre à « ha­bi­ter le monde », de « res­tau­rer le sou­ci de l’âme sans le re­lier à une théo­lo­gie », de dé­jouer « la conspi­ra­tion des confor­mismes » et d’of­frir « une vi­sion neuve pour une France li­vrée aux char­la­ta­ne­ries doc­tri­naires ». D’ailleurs, n’a-t-on pas, pen­dant la cam­pagne, sur­nom­mé Em­ma­nuel Ma­cron le Pe­tit Prince ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.