Les lun­dis de Del­feil de Ton Les mots croi­sés

Où l’on voit des livres, des ma­riages, et des contra­ven­tions

L'Obs - - Sommaire -

Les bi­blio­thèque s pu­bliques y sont elles ou­vertes le soir, ain­si que le sou­haite pour toute la France le gou­ver­ne­ment? A Nantes, le soir, on peut se ma­rier à la mai­rie. Les pre­miers ma­riages noc­turnes ont été cé­lé­brés ven­dre­di der­nier et d’autres ven­dre­dis sont ré­ser­vés jus­qu’à la fin de l’an­née pour de nou­velles cé­lé­bra­tions. Avis aux ama­teurs. Pour le ma­riage inau­gu­ral, qui était aus­si une pre­mière na­tio­nale, le maire lui-même a o cié. Les ma­riés étaient concu­bins de­puis qua­torze ans. Tout le monde sait comment ça se passe. Au dé­but, on a autre chose à pen­ser que se ma­rier. En­suite, on prend des ha­bi­tudes. Fi­na­le­ment, on s’aper­çoit qu’on n’a pas le temps. La jour­née, on tra­vaille. Sur­tout qu’on tra­vaille dans les pompes fu­nèbres. La clien­tèle a be­soin de vous n’im­porte quel jour. Là, ç’au­rait été sans doute un an d’at­tente pour un sa­me­di après-mi­di libre. C’est le soir, qu’on a le temps. Le soir, on peut res­pi­rer. Et se ma­rier. Tou­jours la même his­toire, mais adap­tée au monde mo­derne, la mai­rie ou le ci­me­tière il faut choi­sir, on ne peut pas être au four et au mou­lin. Tous nos voeux, les tour­te­reaux.

La dé­route est com­plète. Après la condam­na­tion par la Cour de Jus­tice eu­ro­péenne, le Con­seil d’Etat vient d’an­nu­ler les droits de pu­bli­ca­tion de l’or­ga­nisme Re­LIRE. Les au­teurs, dans une qua­si-clan­des­ti­ni­té, ne se fe­ront plus vo­ler leur propre droit au pré­texte que tel ou tel de leurs livres ne sont pas dis­po­nibles en li­brai­rie. C’était un scan­dale dont peu se fai­saient l’écho. Trop de gens, non pas de plume mais d’édi­tion, de­vaient en es­comp­ter trop d’ar­gent (ce en quoi d’ailleurs ils ont été dé­çus). Il avait fal­lu un Sar­ko­zy pour pous­ser une pa­reille com­bine, ap­prou­vée en­suite à l’una­ni­mi­té par le Par­le­ment d’alors. Honte à lui, honte à eux. Hon­neur à l’écri­vain Yal Ayer­dhal, mort de­puis, qui ini­tia la lutte contre la loi inique en fé­vrier 2012. Oui, il au­ra fal­lu at­tendre cinq an­nées et de­mie pour que le bon sens et l’équi­té l’em­portent. Ne ja­mais déses­pé­rer mais c’est déses­pé­rant.

Le maire de Pa­ris n’aime pas trop les voi­tures dans sa ville, ce qui ne sau­rait lui être re­pro­ché. C’est la ma­nière, par­fois, qui gêne. Après avoir dé­ci­dé de concé­der à une en­tre­prise pri­vée le contrôle du sta­tion­ne­ment payant, jus­qu’ici confié à des em­ployés mu­ni­ci­paux, voi­ci qu’ap­pa­raît un pro­jet. Des voi­tures (en­core des voi­tures!) cir­cu­le­raient dans les rues, équi­pées d’un ap­pa­reil qui re­lè­ve­rait les im­ma­tri­cu­la­tions des vé­hi­cules en sta­tion­ne­ment pour vé­ri­fier en­suite que le conduc­teur a bien payé. Plus be­soin de per­son­nel à pied, à user ses chaus­sures, des em­ployés plus per­for­mants use­ront leurs cu­lottes de­vant des or­di­na­teurs et l’avis de contra­ven­tion par­ti­ra chez le contre­ve­nant (en at­ten­dant qu’un jour soit pré­le­vé d’au­to­ri­té le mon­tant dans le compte en banque, ça vien­dra, mer­ci m’sieur Or­well). Une so­cié­té semble bien pla­cée pour l’em­por­ter, In­di­go, ex-Vin­ci Park, qui se sert d’un tel ap­pa­reil dans ses par­kings, les­quels re­pré­sentent la qua­si-to­ta­li­té des par­kings pa­ri­siens. La même so­cié­té, qui loue ses places de sta­tion­ne­ment à des prix exor­bi­tants, se­rait char­gée de ra­battre à coups de contra­ven­tions les voi­tures sur ses propres par­kings. Vous lais­se­riez pas faire ça, hein, Mme Hi­dal­go, maire? D.D.T. Post-scrip­tum qui n’a rien à voir.– A la ga­le­rie Co­rinne Bon­net, rue Da­guerre à Pa­ris, Pa­côme Thiel­le­ment ex­pose 18 cou­ver­tures de sa « Bi­blio­thèque de Ba­by­lone ». Au­tant de sup­po­sés livres qu’il pré­sente, en réa­li­té per­dus, ou dé­truits, ou pro­je­tés, qui vont de « Ulysse bles­sé par une épine », de So­phocle, à « Gran­deur de Marx », par Gilles De­leuze, en pas­sant par « les 1001 Femmes » de Bau­de­laire et « Na­vi­ga­tion dans le Mi­roir » d’Al­fred Jar­ry. Au­tant d’oeuvres ori­gi­nales par 18 de ses amis des­si­na­teurs, tels que Ki­ki Pi­cas­so, Killo er, Mattt Kon­ture, em­bras­sons les 15 autres.

La mai­rie ou le ci­me­tière, il faut choi­sir. On ne peut pas être au four et au mou­lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.