Pas­sé/pré­sent La ques­tion ir­lan­daise

En s’al­liant avec les unio­nistes ra­di­caux, la Pre­mière mi­nistre The­re­sa May ne risque-t-elle pas de re­lan­cer le conflit entre ca­tho­liques et pro­tes­tants?

L'Obs - - Sommaire - Par FRAN­ÇOIS REYNAERT

De­puis que les armes s’y étaient en­fin tues, il y a un peu plus de dix ans, les jour­naux sem­blaient l’avoir ou­bliée. L’Ir­lande du Nord ne cesse de re­faire par­ler d’elle. Il y a, de­puis un an, les pré­oc­cu­pa­tions liées au Brexit, puisque la dé­ci­sion bri­tan­nique de quit­ter l’Union eu­ro­péenne place là-haut la seule fron­tière ter­restre entre les deux en­ti­tés. Il y a, de­puis jan­vier, la crise po­li­tique qui prive le ter­ri­toire de gou­ver­ne­ment. Pour pro­tes­ter contre des mal­ver­sa­tions fi­nan­cières im­pu­tées à la Pre­mière mi­nistre unio­niste – c’est-à-dire pro­bri­tan­nique –, les na­tio­na­listes se sont re­ti­rés du pou­voir, obli­ga­toi­re­ment bi­par­tite de­puis les ac­cords de paix. Il y a en­fin les trac­ta­tions par­le­men­taires aux­quelles The­re­sa May, à Londres, se livre de­puis son échec aux élec­tions du 8 juin der­nier. Faute de ma­jo­ri­té ab­so­lue, elle se trouve ré­duite à men­dier l’ap­pui des quelques dé­pu­tés nord-ir­lan­dais du Par­ti unio­niste dé­mo­crate (DUP), for­ma­tion ex­tré­miste pro­tes­tante, iden­ti­taire, ho­mo­phobe et ul­tra­re­li­gieuse dont le re­tour dans la lu­mière rap­pelle de bien mau­vais sou­ve­nirs à tous les mo­dé­rés. Le mo­ment semble donc choi­si de re­ve­nir sur l’his­toire mouvementée et vio­lente de cette pe­tite terre.

Pen­dant long­temps, le des­tin de la pro­vince d’Ul­ster ne se dis­tingue en rien de ce­lui de l’Ir­lande tout en­tière, lui-même très sou­mis aux ap­pé­tits de la puis­sante voi­sine an­glaise. Dès le Moyen Age, l’île est en­va­hie par les sei­gneurs nor­mands qui ont conquis l’An­gle­terre, mais ils fi­nissent par se fondre dans la cul­ture lo­cale. Les choses se gâtent au xvie siècle, avec Hen­ry VIII, qui ac­cen­tue la do­mi­na­tion sur le pays, et sur­tout veut y im­plan­ter l’an­gli­ca­nisme, la re­li­gion qu’il vient de fon­der, ce que re­fusent la ma­jo­ri­té des pieux Ir­lan­dais fi­dèles au pape. Ecra­sée à chaque ten­ta­tive de ré­volte, comme sous le pu­ri­tain Crom­well – dit ici « le bou­cher » –, l’Ir­lande vit dès lors une au­then­tique si­tua­tion co­lo­niale. Les ca­tho­liques, à qui presque tout est in­ter­dit, de­viennent des su­jets de se­conde zone dans leur propre pays. Ils doivent ser­vir les riches pro­prié­taires an­glais qui ont confis­qué leurs

terres ou même, dans le Nord-Est, cé­der la place aux pro­tes­tants – sou­vent des Ecos­sais pres­by­té­riens – en­voyés pour les co­lo­ni­ser. C’est là l’ori­gine du par­ti­cu­la­risme dont on parle.

En 1921, après tant de sou­lè­ve­ments ma­tés dans le sang – dont la fa­meuse in­sur­rec­tion de Du­blin de Pâques 1916 –, les Ir­lan­dais ar­rachent leur pre­mier pas vers la li­ber­té : Londres oc­troie le sta­tut de do­mi­nion à toute leur île, ou presque. Six des neuf com­tés que compte l’Ul­ster sont ex­clus du trai­té car ils sont peu­plés d’unio­nistes, ces pro­tes­tants qui, par peur d’être noyés dans un océan de ca­tho­liques ju­gés ar­rié­rés et sau­vages, res­tent fi­dèles au Royaume-Uni. Cette par­ti­tion de l’Ir­lande est in­sup­por­table aux plus ra­di­caux des na­tio­na­listes ir­lan­dais. Ils dé­clenchent même une guerre ci­vile (1922-1923) pour ten­ter de l’em­pê­cher, mais la perdent, et les choses se figent en l’état.

Il faut at­tendre la fin des an­nées 1960 pour que le feu qui cou­vait se ral­lume et que s’ouvre la pé­riode pu­di­que­ment nom­mée par les An­glais the Troubles, « les Troubles ». Les ca­tho­liques d’Ir­lande du Nord, qui peuplent les quar­tiers déshé­ri­tés de Bel­fast ou Der­ry, en ont as­sez des vexa­tions que leur im­pose la ma­jo­ri­té pro­tes­tante – tru­quages d’élec­tions, dis­cri­mi­na­tions à l’em­bauche ou au lo­ge­ment. Pre­nant mo­dèle sur le mou­ve­ment noir amé­ri­cain des droits ci­viques, cer­tains lancent des ma­ni­fes­ta­tions pa­ci­fiques pour exiger l’éga­li­té. Leur ré­pres­sion bru­tale par la po­lice lo­cale, ai­dée par les pa­ra­mi­li­taires pro­tes­tants, en­gendre le cycle fa­tal de la vio­lence. Il ne ces­se­ra plus, du­rant trente ans, d’être ali­men­té par tous les ac­teurs de cette pièce si­nistre. En­voyée au dé­part pour pro­té­ger les ca­tho­liques, l’ar­mée an­glaise dé­rape en 1972, en ou­vrant le feu, à Der­ry, sur des ma­ni­fes­tants na­tio­na­listes : c’est le Bloo­dy Sun­day, treize morts. Las­sés de ne pou­voir se dé­fendre, les ca­tho­liques viennent de res­sus­ci­ter l’Ar­mée ré­pu­bli­caine ir­lan­daise, l’IRA, vieille for­ma­tion du temps de l’in­dé­pen­dance. Ses si­nistres at­ten­tats, qui tuent jus­qu’à lord Mount­bat­ten, le propre oncle de la reine, la rendent bien­tôt à nou­veau cé­lèbre. Avec Bob­by Sands et ses com­pa­gnons qui, en 1981, meurent en pri­son d’une grève de la faim me­née pour ob­te­nir des condi­tions de dé­ten­tion dignes, les na­tio­na­listes ont aus­si leurs mar­tyrs.

Il faut des an­nées pour sor­tir de cet en­gre­nage in­fer­nal, tou­jours re­lan­cé par de nou­velles flam­bées de vio­lence, il faut aus­si que Londres et Du­blin dé­cident en­fin de pe­ser de tout leur poids pour que la si­tua­tion se dé­bloque. En 1998 en­fin, l’ac­cord du Ven­dre­di saint, pré­pa­ré entre autres par To­ny Blair, marque un pro­grès dé­fi­ni­tif. Il fau­dra en­core, pour qu’il soit ap­pli­qué, que l’IRA ac­cepte de re­non­cer à la vio­lence (2005) et que les ex­tré­mistes pro­tes­tants du DUP daignent ren­trer dans le jeu dé­mo­cra­tique du par­tage du pou­voir (2006-2007). C’est avec ce même par­ti que la di­ri­geante du Royaume-Uni, désem­pa­rée, a en­ta­mé de sombres né­go­cia­tions. Ce­la n’a rien de ras­su­rant.

1972 La po­pu­la­tion ca­tho­lique de Der­ry en­terre les treize ma­ni­fes­tants tués lors du Bloo­dy Sun­day.

2011 Les oran­gistes de Por­ta­down cé­lèbrent l’union avec la Grande-Bre­tagne lors de leur marche an­nuelle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.