Oli­vier Das­sault crée sa propre “ré­serve par­le­men­taire”

L'Obs - - Le Telephone Rouge - THO­MAS DELATTRE

L ’abo­li­tion de la ré­serve par­le­men­taire, an­non­cée par Fran­çois Bay­rou le 1er juin, in­quiète les élus ru­raux, qui craignent une baisse des sub­ven­tions. Oli­vier Das­sault (LR), dé­pu­té de la 1re cir­cons­crip­tion de l’Oise élu pour la pre­mière fois en 1988, a la so­lu­tion. Un élu de la com­mu­nau­té de com­munes du Pla­teau pi­card af­firme que le dé­pu­té se pro­pose de four­nir une com­pen­sa­tion « sur

ses fonds propres, si la ré­serve est sup­pri­mée ». Joint par té­lé­phone, Oli­vier Pac­caud, sup­pléant de M. Das­sault, y voit une mé­prise : « L’As­so­cia­tion d’En­traide Oli­vier Das­sault conti­nue­ra de fonc­tion­ner, c’est ça qu’il vou­lait dire. » La fon­da­tion créée en 1989 a pour but de sou­te­nir les as­so­cia­tions lo­cales. Des aides qui prennent la forme, entre autres, de maillots de sport flo­qués « Oli­vier Das­sault ». Pour­tant, Oli­vier Pac­caud n’y voit au­cun clien­té­lisme, un re­proche qu’il « ré­cuse to­ta­le­ment », no­tam­ment en ce qui concerne la ré­serve par­le­men­taire : « A ce mo­ment-là, il faut uti­li­ser le mot “clien­té­lisme” pour les sub­ven­tions de l’Etat, des conseils dé­par­te­men­taux ou ré­gio­naux, et je ne l’ai ja­mais en­ten­du. » De­nis Flour, op­po­sant mal­heu­reux d’Oli­vier Das­sault au se­cond tour des lé­gis­la­tives, évoque, lui, une « ré­serve en trompe-l’oeil » qui illustre les « pra­tiques an­ciennes », ins­tau­rées par le grand-père d’Oli­vier, Mar­cel Das­sault, dé­pu­té de l’Oise de 1958 à 1986.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.