L’avant-garde à l’as­saut

LES AVANT-GARDES AR­TIS­TIQUES (1918-1945), UNE HIS­TOIRE TRANS­NA­TIO­NALE, PAR BÉA­TRICE JOYEUX-PRUNEL, GAL­LI­MARD, FO­LIO, 1 200 P., 14,90 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - BER­NARD GÉNIÈS

Quelle mois­son ! Après avoir ra­con­té dans un pre­mier vo­lume, dé­jà riche et pas­sion­nant, les avant-gardes entre 1848 et 1918, Béa­trice Joyeux-Prunel fait son en­trée dans le xxe siècle, pé­riode faste, tur­bu­lente et fi­na­le­ment pas aus­si connue qu’on vou­drait le lais­ser croire. En ef­fet, nombre d’his­to­riens de l’art ont ten­dance à consi­dé­rer Pa­ris comme le seul ber­ceau de toutes les ré­vo­lu­tions es­thé­tiques. Cette vi­sion est évi­dem­ment frag­men­taire. Se­lon les pé­riodes, d’autres foyers « ré­vo­lu­tion­naires » ont vu le jour à Londres, Ber­lin, Am­ster­dam, To­kyo, Mexi­co ou São Pau­lo. Les deux guerres mon­diales vont chan­ger la donne et pas for­cé­ment comme les lé­gendes do­rées le laissent en­tendre : face aux fas­cismes, les ar­tistes ne vont pas tous avoir la même at­ti­tude, loin de là. Sans ja­mais adop­ter le ton de la vin­dicte, l’au­teur aligne d’abord des faits, ex­hu­mant des cou­rants ar­tis­tiques né­gli­gés, met­tant en lu­mière les stra­té­gies (com­mer­ciales, entre autres) mises en oeuvre par cer­tains peintres, sou­li­gnant par­fois aus­si leurs com­pro­mis­sions. Un ou­vrage à charge ? Pas vrai­ment, puisque l’au­teur sou­ligne par ailleurs la ri­chesse de tous ces creu­sets ar­tis­tiques et la pro­di­gieuse vi­ta­li­té qui les a ani­més. Pas­sion­nant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.