Dieu bé­nisse SZA

CTRL, PAR SZA (RCA/TOP DAWG EN­TER­TAIN­MENT).

L'Obs - - Ecouter - FA­BRICE PLISKIN

Il y a R’n’B et R’n’B. Ce­lui de la chan­teuse SZA, née Solá­na Rowe, loin du tay­lo­risme des boucles fré­né­tiques et ro­bo­tiques, prend son temps, avec des tem­pos gor­gés de non­cha­loir et mouillés de cha­lou­pantes nappes ou beeps élec­tro­niques. Elle a no­tam­ment co­écrit le su­perbe « Fee­ling My­self », de Ni­cki Mi­naj et Beyon­cé. Ar­tis­te­ment dé­sin­volte, son pre­mier disque est une lan­gou­reuse in­vi­ta­tion à l’in­do­lence. Sa ma­nière de lous­tic de charme n’est pas sans rap­pe­ler celle de son com­plice Chance The Rap­per, en ver­sion fé­mi­nine, et avec quelque chose d’ai­ma­ble­ment na­sal et dan­ce­hall dans la voix. Par­mi l’ar­mée de pro­duc­teurs qui ont fa­çon­né la tex­ture de ses sons raf­fi­nés, ci­tons Phar­rell Williams ou Frank Dukes, qui a tra­vaillé avec Drake, Ri­han­na et Ken­drick La­mar, que l’on re­trouve sur le titre « Doves in the Wind ». SZA est née à Saint Louis, Mis­sou­ri, d’une mère chré­tienne et d’un père mu­sul­man. Le A de son so­bri­quet ren­voie à Al­lah et le Z, au zig­zag qui mène si­nueu­se­ment à la connais­sance de soi. Son pa­pa est pro­duc­teur à CNN. SZA a 26 ans et elle chante qu’il est bien dur de vieillir. « Dieu bé­nisse les ving­te­naires », dit-elle mé­lan­co­li­que­ment dans « 20 So­me­thing ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.