Ma mai­son 2.0

Comment res­ter chez soi le plus long­temps pos­sible ? C’est la pré­oc­cu­pa­tion de nom­breux se­niors. L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ap­pli­quée au lo­ge­ment offre dé­jà des élé­ments de ré­ponse. Té­moi­gnages et ex­pli­ca­tions

L'Obs - - Tendances - Par ELE­NA JEU­DY-BALLINI

Un seul chiffre : une per­sonne sur trois au­ra plus de 60 ans d'ici à 2060. Au­tre­ment dit, dans l'ha­bi­tat de de­main, la do­mo­tique oc­cu­pe­ra une place stra­té­gique, per­met­tant à des gé­né­ra­tions de se­niors qui le dé­si­rent de vieillir chez eux, en al­liant in­dé­pen­dance et sé­cu­ri­té.

Au­jourd’hui dé­jà, ils sont nom­breux dans ce cas, comme Ma­de­leine, 90 ans, mal­voyante, qui ha­bite seule dans un ap­par­te­ment au 7e étage d'un im­meuble lyon­nais. L'in­dé­pen­dance à tout prix... et à hauts risques! La no­na­gé­naire grimpe sur son la­va­bo afin de fer­mer ses vo­lets, uti­lise un es­ca­beau pour en­jam­ber sa bai­gnoire, et s'ac­croche à son ro­bi­net. « Si on ne peut plus cou­rir de risque in­di­vi­duel, il n’y a plus de li­ber­té », sou­ligne le so­cio­logue Ber­nard En­nuyer. Une chose est sûre, les an­ciens ne veulent plus su­bir une ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion non choi­sie : ils sont 90% à par­tir vivre en éta­blis­se­ment spé­cia­li­sé (hos­pice, mai­son de re­traite…) contre leur vo­lon­té. Un chiffre qui bous­cule nos conven­tions. Quant aux aides à do­mi­cile, bien qu'elles se ré­vèlent d'un sou­tien in­dé­niable, les prin­ci­paux concer­nés n'y trouvent pas tou­jours leur compte, comme Georges, 88 ans: « Ce n'est pas tou­jours fa­cile. Il y a des fois où nous en avons un peu as­sez qu’on s’oc­cupe de nous. Il y en a qui sont bien. Mais on manque de temps pour nous, pour faire ce qu'on veut. » Ber­nard En­nuyer ren­ché­rit : « L’ha­bi­tat a une di­men­sion psy­chique et af­fec­tive. Le do­mi­cile de­meure le seul en­droit où ces per­sonnes peuvent en­core contrô­ler quelque chose. »

Tel est le point de dé­part des nou­velles offres d'in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle conçues pour pi­lo­ter les mai­sons de de­main. Ob­jec­tif : être ser­vi­ciel pour cha­cun.Mais comment pal­lier tous les be­soins dans un lo­ge­ment? De nom­breuses en­tre­prises spé­cia­li­sées pro­posent au­jourd’hui des gammes de plus en plus va­riées de ser­vices au­to­ma­ti­sés, al­lant de la plus conven­tion­nelle à la plus ori­gi­nale : quel­qu'un sonne à la porte? Son vi­sage s'af­fiche au­to­ma­ti­que­ment dans le coin du té­lé­vi­seur. Une pres­sion sur la té­lé­com­mande suf­fit pour lui ou­vrir. Un ré­veil noc­turne ? Des LED si­tuées au ni­veau des plinthes gui­de­ront la per­sonne à tra­vers le lo­ge­ment pour lui évi­ter tout risque de chute. Cy­ber­sé­cu­ri­té, vo­lets, ther­mo­stats, lu­mi­naires connec­tés, pilotage à dis­tance de l'élec­tro­mé­na­ger, so­lu­tions d'op­ti­mi­sa­tion de la consom­ma­tion éner­gé­tique, al­go­rithmes in­tel­li­gents… Tout y passe, et c'est tant mieux! Car qui dit ha­bi­tat connec­té dit plus d'in­dé­pen­dance et li­ber­té to­tale d'ac­tion. En connec­tant les ob­jets du quo­ti­dien à un smart­phone par exemple, l'ha­bi­tant dis­pose d'une maî­trise to­tale de son lo­ge­ment ain­si que de son bud­get. Dans le cas des per­sonnes âgées, la mai­son 2.0 per­met­tra éga­le­ment un sui­vi ré­gu­lier de leur condi­tion phy­sique. L'ha­bi­tant res­pecte-t-il ses re­com­man­da­tions mé­di­cales ? Se com­porte-t-il comme d'ha­bi­tude? Grâce à des pla­te­formes connec­tées à dif­fé­rents cap­teurs et ca­mé­ras in­té­grés au lo­ge­ment, la sé­cu­ri­té et les condi­tions de vie des se­niors se­ront de mieux en mieux as­su­rées. Car c’est avant tout ce qu’ils de­mandent. En ef­fet, se­lon de nom­breuses études, les per­sonnes âgées dé­fi­nissent ain­si leur fin de vie idéale : « Mou­rir vi­vant », au­tre­ment dit non dé­pen­dant. Loin du « pro­grès pour le pro­grès », le dé­ve­lop­pe­ment de la do­mo­tique est sans au­cun doute une ré­ponse à cette de­mande d’au­to­no­mie la plus longue pos­sible.

L’OB­JEC­TIF DE L’HA­BI­TAT CONNEC­TÉ : OF­FRIR À CHA­CUN SÉ­CU­RI­TÉ ET LI­BER­TÉ TO­TALE D’AC­TION.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.