A boire entre les lignes

Cet été, à cô­té de la pile de livres pré­pa­rée pour les va­cances, on s’ins­talle avec quelques fla­cons choi­sis. Un livre, un vin… à sa­vou­rer au fil des pages

L'Obs - - Vins D'ete - Par RACHELLE LE­MOINE

“14 JUILLET”, Eric Vuillard Vin de France, Les Vi­gne­rons pa­ri­siens, Tur­bi­go 2016

Pour se désal­té­rer tout au long de ce ré­cit in­édit de la prise de la Bas­tille, un pur cin­sault, cro­quant et gour­mand, au fruit ju­teux fleu­rant bon la pi­voine et les épices. Un vin fait à Pa­ris, rue de Tur­bi­go, en écho au riche pas­sé vi­ti­cole de la ca­pi­tale et de ses en­vi­rons. Dans la touf­feur de ce 14 juillet 1789, le vin coule à flots dans les tavernes. L’His­toire ra­con­tée à hau­teur des sans-nom et des sans-grade qui vont consti­tuer ce peuple qui fe­ra bas­cu­ler le des­tin de la France. 13,90€ au chai et sur Les vi­gne­rons. pa­ris

“VER­NON SU­BU­TEX 3”, Vir­gi­nie Des­pentes Vin de France, Clos des Treilles, At­ten­tion Che­nin mé­chant 2016

Pour notre au­teur par­mi les plus punk de la lit­té­ra­ture fran­çaise, il fal­lait un vi­gne­ron à la hau­teur et une cu­vée qui dé­coiffe. Un pur che­nin vif et mor­dant, frui­té et équi­li­bré, et sans sul­fites ajou­tés, concoc­té par Ni­co­las Reau. De quoi se ras­sé­ré­ner face à l’im­pla- cable in­tros­pec­tion de la noir­ceur de notre so­cié­té, me­née avec éner­gie et une ca­pa­ci­té d’indignation in­tacte. 15 € sur Cave.qc­qbm.fr

“LE ROUGE ET LE NOIR”, Sten­dhal Pauillac, Châ­teau Pon­tet-Ca­net 2008

Se re­plon­ger dans un grand clas­sique du xixe siècle avec Ju­lien So­rel, jeune am­bi­tieux sans titre de no­blesse, qui ose bra­ver une so­cié­té conser­va­trice et im­bue d’el­le­même jus­qu’à s’y brû­ler les ailes et y perdre la tête. A sa­vou­rer avec un autre grand clas­sique, un grand cru, cin­quième au clas­se­ment de 1855, qui, grâce à une dé­marche exi­geante en bio­dy­na­mie, s’est éle­vé au rang des plus grands pauillacs. 96 € sur Mille­simes.com

“UNE TRA­VER­SÉE DE PA­RIS”, Eric Ha­zan Co­teaux-d’Aix-en-Pro­vence, Châ­teau La Coste, ro­sé 2016

Un pro­me­neur so­li­taire qui nous em­mène du sud au nord de Pa­ris au gré de ses di­gres­sions sur la grande his­toire ou son his­toire per­son­nelle, sur l’ar­chi­tec­ture, la lit­té­ra­ture ou en­core le ci­né­ma. Pour es­cor­ter ses rê­ve­ries, un ro­sé d’une grande fi­nesse, mi­né­ral et ex­pres­sif, avec de belles notes de fruits et de fleurs qui émer­veillent le pa­lais. 14 € au do­maine et sur Chateau-la-coste.com

“LE GOÛT DE L’IVRESSE. BOIRE EN FRANCE DE­PUIS LE MOYEN AGE (VE-XXIE SIÈCLE)”, Mat­thieu Le­coutre Cham­pagne brut, Aya­la, ro­sé ma­jeur

Quoi de mieux qu’un cham­pagne pour ac­com­pa­gner cette his­toire de l’ivresse fran­çaise, du Moyen Age à nos jours ? L’acte de boire au fil des siècles, dé­cryp­té d’un point de vue so­cial, cultu­rel et mo­ral. Une cu­vée aé­rienne, grâce aux 50% de char­don­nay qui la com­posent, mais éga­le­ment frui­tée et gour­mande, et fai­ble­ment do­sée en sucre (7 g), qui rend gai dès la pre­mière gor­gée. 39 € chez les ca­vistes.

“LÉ­GENDES D’AU­TOMNE”, Jim Har­ri­son Brouilly, Do­maine Man­drillon, 2016

Epi­cu­rien pa­ten­té, ce­lui qui avouait ne pas pou­voir boire du brouilly « sans pen­ser aux cuisses des femmes » nous a quit­tés l’an­née der­nière. En hom­mage, on dé­vore à nou­veau ses « Lé­gendes d’au­tomne », trois nou­velles su­blimes sur fond de ven­geance, de grands es­paces et de cul­ture in­dienne, ac­com­pa­gné d’un ga­may sin­cère et gé­né­reux, plein de gour­man­dise. 11,50 € chez Le Re­paire de Bac­chus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.