COBB TOURNE MAL PAR MIKE MCCRARY, TRA­DUIT PAR CH­RIS­TOPHE CUQ

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Gall­meis­ter, 208 p., 19,90 eu­ros.

On ju­re­rait que c’est le fils de Ta­ran­ti­no qui a écrit ce po­lar. Ça dé­marre sur les cha­peaux de roue : Re­mo, avo­cat bour­ré et riche, a tout fait pour que ses clients – des truands bien al­lu­més – aillent en taule. Il a donc sa­bo­té leur dé­fense. L’en­nui, c’est que les dé­glin­gos sont sor­tis de la zon­zon, et qu’ils veulent la peau du ju­riste. Les balles sifflent, les red­necks sont am­phé­ta­mi­nés, le sang gicle. C’est drôle et af­freux : Mike McCrary aime les personnages peu re­com­man­dables. Nous aus­si.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.