Ju­ras­sic Pork

OKJA, PAR BONG JOON-HO. CO­MÉ­DIE D’AVEN­TURES SUD-CORÉENNE, AVEC AHN SEO-HYUN, TILDA SWINTON, JAKE GYLLENHAAL (1H58).

L'Obs - - Critiques - N. S.

Il va fal­loir s’y faire : le meilleur film de la se­maine sort di­rec­te­ment sur le web. N’en dé­plaise à Al­modó­var, pré­sident du ju­ry du der­nier Fes­ti­val de Cannes, et à son refus de ré­com­pen­ser un film qui ne se­rait pas vu dans les salles, ce­lui de Bong Joon-ho, fi­nan­cé et dif­fu­sé par Net­flix, au­rait mé­ri­té un prix (1). Okja est une créa­ture trans­gé­nique, mi-cochon, mi-la­man­tin, que se dis­putent Mi­ran­do, la mul­ti­na­tio­nale agroa­li­men­taire qui l’a créée, Mi­ja (Ahn Seo-hyun, pho­to, avec Tilda Swinton), la pe­tite pay­sanne sud-coréenne qui l’a éle­vée, et un groupe d’ac­ti­vistes éco­lo. Le film est aus­si un hy­bride : sud­co­réen et pro­duit par des Amé­ri­cains avec un cas­ting idoine, qui doit au­tant à Spiel­berg (am­biance « Ju­ras­sic Pork ») qu’à Miya­za­ki (le cô­té car­toon live et éco­lo). Le réa­li­sa­teur vir­tuose de « The Host » y va fort : Jake Gyllenhaal (in­égal) en Bou­grain-Du­bourg mâ­ti­né de Dr Fo­la­mour, une bé­bête au re­gard dé­chi­rant, un abat­toir fil­mé comme un camp d’ex­ter­mi­na­tion. Cette farce végane et an­ti­ca­pi­ta­liste re­pré­sente ce que Hol­ly­wood ne sait plus pro­duire : un grand film de di­ver­tis­se­ment, fa­mi­lial et po­li­tique. (1) A propos de la contro­verse, lire l’ar­ticle sur Nou­ve­lobs.com.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.