La soul se­lon Stax

STAX 60 (WAR­NER/UNI­VER­SAL/RHINO).

L'Obs - - Écouter - FRAN­ÇOIS ARMANET

Que­relle d’écoles. Tin­tin contre Spi­rou, Beatles ver­sus Stones, Stax ou Mo­town… Les deux ver­sants de la soul. Le bour­bon Stax, le si­rop Mo­town. Re­con­nais­sables ins­tan­ta­né­ment, le son – gos­pel sau­vage et coun­try brute – du Deep South (Mem­phis) ; le ton – pop suave et R’n’B en­tê­tant – de la Mo­tor Ci­ty (De­troit). Stax, un nom qui claque comme une émeute, ac­co­lant les deux pre­mières lettres des pa­tro­nymes des créa­teurs du la­bel, deux Blancs vi­sion­naires, le jeune Jim Ste­wart et sa soeur aî­née Es­telle Ax­ton, fête ses 60 ans. L’oc­ca­sion rê­vée d’une vague de rééditions phé­no­mé­nale. Tout au long de l’an­née, de nou­velles com­pi­la­tions : douze titres em­blé­ma­tiques cha­cune, un sans-faute. Pour mettre le feu aux poudres, un car­ré de choc : Otis Red­ding (seul ri­val de James Brown), Boo­ker T. (pi­lier de la bande), Car­la Tho­mas (pho­to - seule ri­vale d’Are­tha) et Sam & Dave (duo dy­na­mite). Pour ac­com­pa­gner la sauce, une sé­lec­tion de vi­nyles rares : le « King & Queen » d’Otis et Car­la (écou­tez « Tramp »), le « Soul Men » de Sam & Dave qui porte si bien son nom, ou en­core l’ori­gi­nal « Wal­king the Dog », de Ru­fus Tho­mas (re­pris des Stones aux Cramps). Ga­ran­ti pour dan­ser et s’em­bras­ser tout l’été.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.