10 choses à sa­voir sur… Ma­rion Rousse

Is­sue d’une fa­mille de cy­clistes, cette ex-cham­pionne est la pre­mière femme à com­men­ter le Tour de France sur France Té­lé­vi­sions

L'Obs - - SOMMAIRE - ANNE SOGNO

1 FÉMINISATION

Une femme consul­tante té­lé sur le Tour de France 2017 : c’est nou­veau et c’est l’idée de Del­phine Er­notte, pré­si­dente de France Té­lé­vi­sions. Ma­rion Rousse in­ter­vient avant et pen­dant chaque étape en com­pa­gnie d’Alexandre Pas­teur, puis ac­com­pagne Laurent Luyat dans « Vé­lo Club », sur France 2, pour un re­tour sur les mo­ments forts de la jour­née. Elle par­ti­cipe éga­le­ment à « Stade 2 » et à « Tout le sport ».

2 TRANS­FERT

Di­rec­teur des sports à France Té­lé­vi­sions, Laurent-Eric Le Lay a dé­bau­ché Ma­rion Rousse et Alexandre Pas­teur, consul­tants pour « les Rois de la pé­dale » sur Eu­ro­sport. « Alexandre est l’un des rares com­men­ta­teurs qui ar­rivent à me mettre le fris­son. On s’ap­puie beau­coup l’un sur l’autre », a-t-elle dé­cla­ré à « la Voix du Nord ».

3 HAUTS DE FRANCE

Na­tive de Saint-Saulve (Nord), elle dé­marre la com­pé­ti­tion à l’âge de 6 ans sur le vé­lo­drome de Rou­baix. Elle se sou­vient du pas­sage du Tour dans le dé­par­te­ment : « Comme de nom­breux en­fants, j’étais par­tie à la chasse aux bi­dons et aux au­to­graphes. J’étais fan de Rob­bie McE­wen. Je lui ai fait si­gner un maillot vert. Ce sont de beaux sou­ve­nirs. »

4 PE­TITE REINE

Elle signe sa pre­mière li­cence grâce à sa mère, en ca­chette de son père, cou­reur ama­teur abon­né aux com­pé­ti­tions. Par­mi ses cou­sins, trois sont des cy­clistes pro­fes­sion­nels (Da­vid et Laurent Le­fèvre, Oli­vier Bon­naire). Pas­sée pro à 18 ans, Ma­rion Rousse a été cham­pionne de France sur route en 2012.

5 DIS­CRI­MI­NA­TION

En 2015, à 24 ans, elle met un terme à sa car­rière de cou­reuse : « Je n’ai ja­mais eu de sa­laire di­rec­te­ment lié au vé­lo. Quand tu vois que tu par­tages la même équipe que ton ma­ri, la même souf­france et que lui est bien payé, c’est frus­trant… », avait-elle confié au « Jour­nal du Di­manche ». Avant d’ajou­ter ré­cem­ment dans « Li­bé­ra­tion » : « Chez Lot­toSou­dal, les hommes ont trois bus à dis­po­si­tion, les femmes, une ca­mion­nette. »

6 TÉ­LÉ­VI­SION

A « Li­bé­ra­tion », elle ex­plique vou­loir « par­ta­ger son ex­per­tise et don­ner aux gens l’en­vie d’ai­mer le vé­lo. Les stars, ce sont les cour­siers, pas les jour­na­listes ». Son prin­ci­pal dé­fi va être de s’adap­ter à un pu­blic moins spé­cia­liste que sur la chaîne payante. « J’en suis consciente, mais j’aime ce dé­fi, j’ai en­vie de par­ler de mon sport au plus de per­sonnes pos­sibles », com­mente-t-elle.

7 GLA­MOUR

Les ama­teurs se sou­viennent du bai­ser pas­sion­né qu’elle échan­gea sur le po­dium de la 9e étape du Tour 2014 avec le maillot jaune, To­ny Gal­lo­pin. Les « amou­reux du Tour de France » se sont dit oui en oc­tobre de la même an­née. Le couple s’était ren­con­tré en 2008 aux Cham­pion­nats de France de l’Ave­nir. Pour la presse, Ma­rion est tou­jours la « jo­lie blonde », To­ny Gal­lo­pin, le « cham­pion ». Pour­tant, c’est aus­si un beau brun…

8 CA­LEN­DRIER

Ta­lons hauts et robes gir­ly, l’ex-cham­pionne as­sume sa fé­mi­ni­té. En 2012, elle po­sait avec d’autres cy­clistes pour le ca­len­drier de Cycle Pas­sion en te­nues sexy.

9 PO­DIUM

Celle qui a été hô­tesse et a re­mis quelques bou­quets comme am­bas­sa­drice du Prix de la Com­ba­ti­vi­té n’a pas ap­pré­cié les pro­pos sexistes de Jan Ba­ke­lants. Le cou­reur belge d’AG2R a dé­cla­ré à un jour­nal fla­mand qu’il em­me­nait une boîte de pré­ser­va­tifs sur le Tour, « parce qu’on ne sait ja­mais exac­te­ment où ont traî­né les hô­tesses du po­dium ». Le cou­reur s’est de­puis pla­te­ment ex­cu­sé.

10 PO­LÉ­MIQUE

En jan­vier der­nier, Ma­rion Rousse n’a pas com­pris la dé­ci­sion des or­ga­ni­sa­teurs du Tour d’Aus­tra­lie de rem­pla­cer les hô­tesses par de jeunes cou­reurs afin d’en fi­nir avec un ri­tuel qu’ils ju­geaient ana­chro­nique et sexiste. « J’ai été cy­cliste pro­fes­sion­nelle, c’était par­fois des hommes qui me re­met­taient le bou­quet sur le po­dium. Sur Eu­ro­sport, je me suis bat­tue pour qu’une fille puisse par­ler de cy­clisme au cô­té de Ja­cky Du­rand ou de Richard Vi­renque. Je me bats pour qu’il y ait plus de re­trans­mis­sions de cy­clisme fé­mi­nin à la té­lé, pour que les cy­clistes fé­mi­nines aient un sa­laire. Pour que les femmes soient re­con­nues comme les hommes. Mais sa­voir si une femme ou un homme re­met un bou­quet sur le po­dium, je m’en fous. Ça m’énerve ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.