“SA DI­GNI­TÉ, SA VAILLANCE, SON INTRÉPIDITÉ M’OBSÈDENT”

L'Obs - - EN COUVERTURE - Par FRAN­ÇOISE ARNOUL, CO­MÉ­DIENNE

Si­mone Veil, la di­gni­té de cette femme, sa vaillance, son intrépidité m’obsèdent. Son re­tour, long­temps après, dans le camp d’Au­sch­witz sous la neige : elle fit alors preuve d’un cou­rage que je n’au­rais ja­mais eu. Je me sou­viens, comme si c’était hier, du coup de té­lé­phone que m’a pas­sé Gi­sèle Ha­li­mi pour que je signe dans « le Nou­vel Obs », en avril 1971, le « Ma­ni­feste des 343 » pour la dé­pé­na­li­sa­tion de l’IVG qui al­lait don­ner nais­sance à la loi Veil. Elle m’avait bien aver­tie que, toutes, on ris­quait une peine d’em­pri­son­ne­ment. J’ai dit oui, je signe, sans hé­si­ter. Je me sou­viens aus­si que, après la pu­bli­ca­tion du « Ma­ni­feste », Si­mone Si­gno­ret m’avait ap­pe­lée en m’en­gueu­lant : « Je n’étais pas au cou­rant. Mais pour­quoi tu ne m’as pas té­lé­pho­né, j’au­rais si­gné des deux mains ! »

Bien des dé­cen­nies après, c’était au dé­but des an­nées 2000, Ivan Le­vaï, qui di­ri­geait la Chaîne par­le­men­taire, m’a de­man­dé de lire, à la té­lé­vi­sion, le texte ma­gni­fique pro­non­cé par Si­mone Veil à la Chambre des Dé­pu­tés, dans le­quel elle dit no­tam­ment : « Je vou­drais tout d’abord vous faire par­ta­ger une convic­tion de femme – je m’ex­cuse de le faire de­vant cette As­sem­blée presque ex­clu­si­ve­ment com­po­sée d’hommes : au­cune femme ne re­court de gaie­té de coeur à l’avor­te­ment. Il suf­fit d’écou­ter les femmes. C’est tou­jours un drame et ce­la res­te­ra tou­jours un drame… » Eh bien, je peux vous avouer que, de toute ma vie de co­mé­dienne, je n’ai ja­mais éprou­vé une émo­tion aus­si forte, aus­si in­tense. A la fin de ma lec­ture, j’étais en larmes. Non seule­ment parce que son dis­cours est bou­le­ver­sant, mais aus­si parce que je pen­sais à la ma­nière dont elle n’avait pas trem­blé de­vant les in­sultes et les me­naces, ca­chant son vi­sage lorsque les at­taques étaient trop rudes. Et puis, ce dis­cours de Si­mone Veil, en 1974, est tou­jours d’ac­tua­li­té lors­qu’on voit, au­jourd’hui, tous les pays où l’avor­te­ment est pu­ni et la contra­cep­tion in­ter­dite.

Fran­çoise Arnoul, dans les an­nées 1960.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.