LA GUÉ­RILLA WEB DES AN­TI-AVOR­TE­MENT

L'Obs - - EN COUVERTURE - MA­RIE VATON

Sur la vi­déo de leur site, des jeunes en blou­son sombre bravent un in­cen­die aux in­quié­tantes lueurs vertes, tra­versent une zone ur­baine ta­guée puis s’en­lacent et avancent vers la lu­mière. On les voit en­suite en groupe tendre le poing, l’an­nu­laire gauche plié. Sont-ce des sa­ta­nistes ? Des néo­punks ra­di­caux ? Ou une pla­te­forme de jeux vi­déo ? Rien de tout ça : nous sommes dans l’antre nu­mé­rique de la jeu­nesse an­ti-IVG. Leur mou­ve­ment s’ap­pelle Les Sur­vi­vants. Sur­vi­vants comme tous ceux nés après 1975, époque à la­quelle la loi Veil a dé­pé­na­li­sé l’avor­te­ment, disent-ils. Sur­vi­vants ou res­ca­pés, comme une per­sonne sur cinq qui a échap­pé en France à l’IVG, se­lon eux. Avec tous les « syn­dromes » qui vont avec, af­firment-ils : « Culpa­bi­li­té et an­goisses exis­ten­tielles », « manque de con­fiance en soi », « mé­fiance », etc. Le poids des mots est lourd de ré­fé­rences. Les pho­tos chocs sont à l’ave­nant : fin juin, ses jeunes mi­li­tants ont fait une cam­pagne de street-mar­ke­ting sau­vage en plein Pa­ris. Des af­fiches, col­lées dans le mé­tro et les Abri­bus pa­ri­siens, d’em­bryons âgés de quelques se­maines et pré­nom­més Ein­stein, Gand­hi ou Bob Mar­ley, avec le slo­gan « In­ter­rup­tion vo­lon­taire de gé­nies ». L’été der­nier, ils avaient lan­cé l’opé­ra­tion #Sau­vezPi­ka­chu avec une in­ter­face ins­pi­rée du jeu Po­ke­mon Go. Le jour de la mort de Si­mone Veil, ils ont twee­té « l’avor­te­ment res­te­ra tou­jours un drame », l’une de ses cé­lèbres ci­ta­tions, avec comme com­men­taire : « Une femme cou­ra­geuse dont la vo­lon­té a été tra­hie ! Ma­dame on vous aime. » Le pe­tit ma­lin à l’ori­gine de la gué­rilla mar­ke­ting des Sur­vi­vants s’ap­pelle Emile Du­port : il a 37 ans, l’oeil vif de l’an­cien re­belle ca­tho de fa­mille nom­breuse, et des mé­thodes de voyou bien éle­vé avec sa bague Pa­ter Nos­ter, ses bra­ce­lets de cuir et son pin’s de la Vierge mexi­caine épin­glé à son blou­son. « Po­li­ti­que­ment, je ne me place ni à gauche ni à droite », dit ce fé­mi­niste au­to­pro­cla­mé en cri­ti­quant, non pas le re­cours à l’IVG, mais « le dis­cours in­fan­ti­li­sant et sexiste des di­ri­geants qui font por­ter aux seules femmes la culpa­bi­li­té et la souf­france de l’avor­te­ment ». L’an­cien dir­com de La Ma­nif pour tous est un vrai di­gi­tal na­tive : en plus de son agence, il a créé quatre por­tails sur l’avor­te­ment (dont Af­ter­baiz. com et Test­po­si­tif.com). Sur les ré­seaux so­ciaux, il est une ma­chine de guerre et s’ap­prête même à lan­cer un mé­dia en pure player, « une sorte de Vice. En plus ré­ac ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.