CHE­VAUX DE GUERRE PAR AL­BANE GELLÉ

L'Obs - - CRITIQUES - JÉ­RÔME GAR­CIN

Es­per­luète, 48 p., 14 eu­ros.

Le poil brillant, l’oeil vif, les flancs ronds, ils sont beaux, aus­si, de ne pas sa­voir où ils vont, à quelle bou­che­rie ils sont pro­mis. Des her­bi­vores, sur une terre lu­naire, montent au front. Jus­qu’à l’ins­tant où l’ef­froi sai­sit ces grands ani­maux crain­tifs. Ce sont les che­vaux de la Grande Guerre, qui tirent des ca­nons et sur qui tombent des obus. Even­trés dans la boue, cou­chés à cô­té de leurs ca­va­liers morts, qu’ils ont sui­vis sans ja­mais re­cu­ler, ils ont pour tou­jours ces­sé de hen­nir. A ces che­vaux, qu’elle a trou­vés sur des cartes pos­tales de 14-18 et com­pare à « des fils de soie ten­due », à « des phares, des for­te­resses », Al­bane Gellé, poé­tesse aux trois al­lures, offre ce mince tom­beau de pa­pier sur le­quel Alexan­dra Du­prez a dé­po­sé des pein­tures noires. Triste et beau à la fois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.