Ma­lick et Kus­tu­ri­ca en chute libre

SONG TO SONG, PAR TERRENCE MA­LICK. DRAME AMÉ­RI­CAIN, AVEC RYAN GOSLING, ROONEY MARA, MI­CHAEL FASSBENDER, CATE BLANCHETT (2H08). ON THE MILKY ROAD, PAR EMIR KUS­TU­RI­CA. CO­MÉ­DIE DRA­MA­TIQUE SERBE, AVEC EMIR KUS­TU­RI­CA, MONICA BELLUCCI, SLOBODA MIĆALOVIĆ (2H05).

L'Obs - - VOIR - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

C’est la faute des per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens. Il n’y a pas d’autre ex­pli­ca­tion. Le nau­frage des deux est to­tal. Terrence Ma­lick signe « Song to Song », un cas­sou­let où le rock’n’roll et les ro­mances se croisent sur fond de dé­lire mé­ta­phy­sique, et Emir Kus­tu­ri­ca se lance dans un road trip pen­dant la guerre (de Bos­nie ?) avec un cour­sier stoïque qui n’en fi­nit pas de li­vrer de la phi­lo. Les deux films ne sont pas des na­nars : c’est du 7e Art, avec une ma­jus­cule. Com­men­çons par « Song to Song ». Les images sont su­blimes, la mai­son mo­derne de Fassbender est ma­gni­fique, et les pay­sages du Texas, pour une fois, sont sym­pas à re­gar­der. Ma­lick ra­conte (mais c’est dur à com­prendre, vu la bouillie nar­ra­tive) la love sto­ry d’un au­teur de chan­sons, d’un pro­duc­teur mu­si­cal et d’une femme qui couche avec les deux. Le pro­duc­teur se ma­rie avec une ser­veuse puis s’amuse avec son épouse et des putes. Fin du film. Pen­dant deux heures, on suit ces ro­bots, avec une voix off (no­tam­ment celle de Rooney Mara, qui ex­plique qu’elle n’est pas une bonne per­sonne, ce dont on se tape), et le film s’en­vole dans la stra­to­sphère. Les scènes sont dis­jointes, le ré­cit est in­co­hé­rent, les ac­teurs s’en­nuient, et la voix off est poé­tique. Je cite : « Je ne sa­vais pas que j’avais une âme. Le monde m’em­bar­ras­sait. » Ou bien : « Les oi­seaux dans le ciel ont dit qu’on s’ai­me­rait tou­jours. »

Pas­sons à « On the Milky Road ». Kus­tu­ri­ca joue un gars qui livre du lait, sur son âne et sur les lignes de front. Il re­père Ne­ves­ta (Monica Bellucci, cra­quante), tombe amou­reux et s’en­fuit avec elle alors qu’elle est tra­quée par des sol­dats ex­ter­mi­na­teurs. Che­min fai­sant, il se fait at­ta­quer par un su­per big ser­pent qui lappe son lait et lui laisse la vie sauve. Les bombes pleuvent, les balles sifflent, la fin du monde est proche, et les deux amou­reux sont trau­ma­ti­sés par un champ de mines (« Trau­méo et Ju­liette » ?). In­ter­mi­nable trip. Ain­si, Ma­lick, le ci­néaste gé­nial de « Days of Hea­ven », et Kus­tu­ri­ca, la ré­vé­la­tion du « Temps des Gi­tans », se sont éga­rés dans le ci­né­ma d’art et d’es­sai ? Les oi­seaux disent ce qu’ils veulent, mais pour ces deux films-là, ils fe­raient bien de la fer­mer.

Monica Bellucci et Emir Kus­tu­ri­ca dans « On the Milky Road ».

Cate Blanchett et Ryan Gosling dans « Song to Song ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.