La face ca­chée de Ra­dio­head

OK COMPUTER OKNOTOK, 1997-2017, PAR RA­DIO­HEAD (XL RECORDINGS).

L'Obs - - ÉCOUTER - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

Et si le siècle avait com­men­cé le 16 juin 1997 ? C’est la date de nais­sance d’« OK Computer », ce « Sgt. Pep­per’s » futuriste, cette ca­thé­drale de l’élec­tro-rock où les gé­niales jé­ré­miades de Thom Yorke ré­sonnent comme de dé­chi­rants mou­lins à prières. Vingt ans après, dans un uni­vers où les ma­chines pré­tendent rem­pla­cer l’homme comme l’homme a rem­pla­cé Dieu, c’est plus vrai que ja­mais. Et pour fê­ter ça, si l’on ose dire, Ra­dio­head dé­gaine une ver­sion re­mas­té­ri­sée de son chef-d’oeuvre. Elle in­vite à re­faire tour­ner en boucle « Kar­ma Po­lice », « Pa­ra­noid An­droid » et « Exit Mu­sic (for a Film) ». Elle est sur­tout ac­com­pa­gnée de onze titres. La plu­part n’avaient jusque-là fi­gu­ré que sur les faces B des singles. Trois autres avaient seule­ment été joués en concert. On se de­mande bien pour­quoi : « Man of War » est une bal­lade ob­ses­sion­nelle qui se mé­ta­mor­phose peu à peu en sym­pho­nie brui­tiste, le ly­risme as­cen­sion­nel de « Lift » n’est pas loin d’avoir le po­ten­tiel hyp­no­tique de « Creep », et « I Pro­mise », avec sa gui­tare acous­tique et ses pa­roles lim­pides (« Je ne m’en­fui­rai plus, je te le pro­mets/Même quand je m’en­nuie­rai, je te le pro­mets »), nous rap­pelle très dé­li­ca­te­ment à quoi res­sem­blait le monde d’avant « OK Computer ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.