Macron a consul­té le “spin doc­tor” de Blair

L'Obs - - Le Telephone Rouge - MA­RIE GUICHOUX

E n fé­vrier 2017, c’est très dis­crè­te­ment que le can­di­dat Macron a ren­con­tré Alas­tair Camp­bell (ci-contre), le spin doc­tor de To­ny Blair. Ce stra­tège, in­ven­tif et co­riace comme un pit­bull, a oeu­vré aux cô­tés de l’an­cien Pre­mier mi­nistre bri­tan­nique entre 1997 et 2003, dans l’ombre et à Dow­ning Street. Ce tra­vailliste, com­bat­tant de la « troi­sième voie », a joué un rôle cen­tral dans l’épo­pée du New La­bour outre-Manche. C’est cette ex­pé­rience qu’il a par­ta­gée avec Em­ma­nuel Macron pen­dant la pré­si­den­tielle, à l’oc­ca­sion de « quelques échanges ». Dé­voi­lé, il n’en di­ra pas plus : ce n’est pas à un spin doc­tor qu’on ap­prend à com­mu­ni­quer ! Le pré­sident fran­çais dis­pose, à ses yeux, d’un

atout ma­jeur : « Le lea­der­ship. » « J’ai re­le­vé, ici ou là dans la presse, que cer­tains lui trouvent de l’ar­ro­gance. Je ne crois pas, ce qui m’a frap­pé le plus en lui, ce qu’il a de très spé­cial, c’est une confiance en

soi re­mar­quable. » Très fran­co­phile, Camp­bell (qui se dé­fi­nit comme bri­tan­nique, écos­sais et eu­ro­péen) a dis­til­lé quelques conseils en com­mu­ni­ca­tion lors d’une pré­sen­ta­tion dans la salle Col­bert, à l’As­sem­blée na­tio­nale, aux nou­veaux dé­pu­tés de La Ré­pu­blique en Marche, lun­di soir. Ad­ver­saire ré­so­lu du Brexit, il fait aus­si cam­pagne pour qu’on laisse du temps au temps aux Bri­tan­niques dans les né­go­cia­tions, per­sua­dé que le « peuple, en avance sur les lea­ders, est en train de chan­ger d’avis ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.