À L’ORI­GINE, UNE NO­TION AP­PLI­QUÉE AUX MA­NA­GERS

L'Obs - - En Couverture - MA­RIE VATON

Le concept de charge men­tale a d’abord été uti­li­sé dans les an­nées 1970 pour dé­crire les pré­oc­cu­pa­tions des ma­na­gers, qui em­portent chez eux leurs pro­blèmes de bou­lot. Le prin­cipe de la « charge men­tale mé­na­gère » ap­pa­raît en 1984, avec un ar­ticle de Mo­nique Hai­cault in­ti­tu­lé « La ges­tion or­di­naire de la vie en deux ». La so­cio­logue y dé­taille comment l’esprit d’une femme reste en­com­bré par les sou­cis do­mes­tiques et la ges­tion du foyer quand elle tra­vaille. Mais pour San­dra Frey, 49 ans, spé­cia­liste des ques­tions de genres, maî­tresse de confé­rences à l’uni­ver­si­té de Mont­pel­lier, la no­tion ap­pa­raît vrai­ment quand la so­cio­logue Da­nièle Ker­goat ana­lyse le mou­ve­ment des in­fir­mières de 1988 qui pa­ra­ly­sa pen­dant sept mois une par­tie des hô­pi­taux fran­çais. « Un dé­cret pro­po­sait d’étendre le di­plôme d’in­fir­mière aux chô­meurs et aux non-ba­che­liers. Les in­fir­mières se voyaient ren­voyer l’image d’un mé­tier sans re­con­nais­sance. » La « charge men­tale » de leur mé­tier, consi­dé­rée comme fai­sant na­tu­rel­le­ment par­tie des at­tri­bu­tions dites fé­mi­nines, « n’était pas re­con­nue. En­suite, le concept a fait son che­min dans les mi­lieux fé­mi­nistes et dans le do­maine des res­sources hu­maines ». En 2017, avec la BD « Fal­lait de­man­der », le concept ex­plose via les ré­seaux so­ciaux (voir p. 25). Le grand pu­blic se l’ap­pro­prie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.