À BAS LE MATRIARCAT !

L'Obs - - En Couverture - Par SYLVAIN COU­RAGE

F ace à la charge men­tale, l’homme moyen se trouve dé­mu­ni. En dé­pit des pro­tes­ta­tions ré­ité­rées de sa moi­tié contre ce mé­ca­nisme per­vers qui en­ferme la femme ac­tive dans le sou­ci per­ma­nent de la vie do­mes­tique, le gars peine à se ré­for­mer. N’a-t-il pas réa­li­sé sa part du contrat en condui­sant les en­fants à l’école, en pré­pa­rant ses in­imi­tables spa­ghet­tis à la bo­lo­gnaise, en rem­plis­sant la dé­cla­ra­tion de re­ve­nus ? Non, ce n’est pas suf­fi­sant. Il doit ces­ser de s’en­or­gueillir, ce grand en­fant tou­jours prêt à chan­ter ses propres louanges.

Comment ose-t-il se vau­trer de­vant la té­lé alors que la les­sive n’est pas éten­due ? Ses me­nus tra­vaux ac­com­plis, cet être sour­nois et vel­léi­taire n’a tout sim­ple­ment pas en­vi­sa­gé la suite. Plan­qué dans les toi­lettes pour lire le jour­nal, il feint d’igno­rer le plan­ning. Ha­ras­sé par son bou­lot, il n’a plus l’éner­gie de trai­ter les cour­riers qui s’ac­cu­mulent. Mau­vais em­ployé de la Sarl « Ma­man, Pa­pa & Co », il se re­fuse à an-ti-ci-per ! « Gé­rer, c’est pré­voir », di­sait Mi­chel Ro­card. Faut-il le convo­quer pour un en­tre­tien préa­lable de li­cen­cie­ment ? Plu­tôt que d’en­vi­sa­ger une rup­ture conven­tion­nelle (qui ne fe­rait qu’alour­dir la charge men­tale !), mieux vaut en­vi­sa­ger le pro­blème d’un point de vue ma­na­gé­rial. L’homme au foyer se com­porte trop sou­vent à l’in­verse du sa­la­rié. Ni res­pon­sa­bi­li­té ni flexi­bi­li­té chez ce ma­cho qui pré­fère jouer avec le pe­tit der­nier et faire des mau­vaises blagues plu­tôt que de contri­buer à la per­for­mance col­lec­tive.

Comment le mo­ti­ver en­fin ? Il se­rait dé­gra­dant de lui ac­cor­der une prime (en na­ture ? Et puis quoi en­core !) chaque fois qu’il songe à ré­ser­ver les billets de train pour les va­cances. Au tur­bin comme à la mai­son, l’or­ga­ni­sa­tion hié­rar­chique a vé­cu. Entre adultes res­pon­sables ap­pli­quons plu­tôt les « 4 C » du ma­na­ge­ment col­la­bo­ra­tif : confiance, choix, co­opé­ra­tion et convi­via­li­té… Si de­puis un de­mi-siècle le tra­vail des femmes nous li­bère du pa­triar­cat, il faut main­te­nant que l’em­po­werment des hommes au foyer nous af­fran­chisse du matriarcat. Un mot d’ordre : ni loi du père ni loi de la mère !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.