ÉTÉ 93 PAR CAR­LA SIMÓN

L'Obs - - Voir - JÉ­RÔME GAR­CIN

Drame es­pa­gnol, avec Laia Ar­ti­gas, Pau­la Blan­co, Bru­na Cu­si, Da­vid Ver­da­guer (1h34).

Eté 1993. Après la mort de ses pa­rents, vic­times du si­da, une fillette de 6 ans, Fri­da, est pla­cée chez sa tante et son oncle, dans la cam­pagne ca­ta­lane. Avec ce pre­mier film, pour le­quel elle em­prunte à sa propre et dra­ma­tique his­toire, Car­la Simón, née en 1983, réus­sit la prouesse non seule­ment de contour­ner le mé­lo, mais aus­si de mon­trer tout ce qui bouillonne dans la tête d’une or­phe­line trau­ma­ti­sée et conta­mi­née. Un mé­lange de co­lère, de ré­volte, d’ef­froi, de ten­dresse sans em­ploi, de souf­frances tues, de larmes re­te­nues et de prières vaines à la Vierge Ma­rie. Car­la Simón s’at­tache moins à dé­crire le tra­vail de deuil d’une en­fant que la re­nais­sance d’une pe­tite adulte (Laia Ar­ti­gas, in­croyable de pré­co­ci­té). Un film dou­ble­ment na­tu­ra­liste : par le trai­te­ment choi­si et par le ver­doyant dé­cor. Une telle lu­mière, une telle noir­ceur, c’est poi­gnant.

« Eté 93 » : la pe­tite Laia Ar­ti­gas (à gauche) im­pres­sionne par sa pré­co­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.