LE PA­NIER PER­SON­NA­LI­SÉ

L'Obs - - Tendances -

La vague de la per­son­na­li­sa­tion s’abat jusque sur les pa­niers. On aime faire comme tout le monde, mais en se dis­tin­guant. On y fait ins­crire son pré­nom, un bon mot ou sa des­ti­na­tion de va­cances, comme sur les mo­dèles de Ki­lo­metre Pa­ris. La créa­trice Alexan­dra Senes ra­conte : « Les gens me de­mandent des choses très ba­siques à écrire comme “love” ou “ba­ci”, je ne sup­porte pas ! Je les pousse plu­tôt à faire bro­der un lieu qu’ils adorent ou leurs co­or­don­nées GPS pour que leur pa­nier soit unique. » Elle fait de ce sac de va­cances un sou­ve­nir réuti­li­sable. « Dans un monde nu­mé­rique où tout peut dis­pa­raître, re­tour­ner à la ma­té­ria­li­té et le du­rable ras­sure, ex­plique Louise Tac­co­en. De­puis l’avè­ne­ment du ré­seau so­cial Snap­chat, où les pu­bli­ca­tions sont éphé­mères, c’est l’ins­tant pré­sent qui compte. Les mo­ments pas­sés res­tent seule­ment dans les mé­moires. Mais ils peuvent être ren­for­cés en y as­so­ciant un pro­duit. » Par exemple, pen­dant les en­ter­re­ments de vie de jeune fille, il est cou­rant d’o rir à la fu­ture mariée et aux té­moins des pa­niers flo­qués du nom des fu­turs époux ou de leurs sur­noms. On re­trouve du vé­cu dans la ma­té­ria­li­té. « L’ar­gu­ment émo­tion­nel est de­ve­nu très im­por­tant pour vendre, pour­suit Louise Tac­co­en. La fa­mille, les odeurs, les en­droits sont des vec­teurs d’iden­ti­fi­ca­tion sur les­quels jouent les marques. Les pa­niers n’y échappent pas. » Ki­lo­metre Pa­ris, 90 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.