“JE GASPILLAIS MA VIE”

L'Obs - - Culture -

L’an­née 1954, c’est le jazz à Saint-Ger­main-des-Prés, Re­né Co­ty à l’Ely­sée, l’ab­bé Pierre qui ap­pelle les Fran­çais à « l’in­sur­rec­tion de la bon­té », la dis­pa­ri­tion de Co­lette et la nais­sance triom­phale d’une ga­mine en li­brai­rie, dont le ro­man pro­voque un scan­dale phé­no­mé­nal et ré­colte un suc­cès mon­dial. L’étu­diante Fran­çoise Quoi­rez de­vient « la Sa­gan », un pro­dige, une cu­rio­si­té, et même une lé­gende de­puis qu’on a cru la voir conduire pieds nus. Elle passe sa vie à la dé­pen­ser. « Je gaspillais mon temps, je gaspillais mon ar­gent, je gaspillais ma vie. A 18 ans, c’est ce qu’il faut faire », ré­su­me­ra-t-elle. Avec ses pre­miers droits d’au­teur, elle s’offre une Ja­guar XK140, une Gor­di­ni, une Buick et l’As­ton Mar­tin qui fi­ni­ra re­tour­née dans un champ de blé, après plu­sieurs ton­neaux qui faillirent lui coû­ter la vie, en 1957. Sa­gan, c’est James Dean au fé­mi­nin, qui se lasse de ses bo­lides ou les bou­sille, écrit le jour et danse la nuit, fume blondes et brunes, s’en­ivre de whis­ky sour, s’offre des frayeurs sur le ta­pis vert des ca­si­nos, se ma­rie, di­vorce, se re­ma­rie pour re­di­vor­cer, sa­lue ti­mi­de­ment Bar­dot dans un Saint-Tro­pez confi­den­tiel, et im­pose à ses amis d’être hau­te­ment spi­ri­tuels. Dans sa bande se cô­toient son frère aî­né, Jacques Quoi­rez, mais aus­si Vé­ro­nique Cam­pion, An­na­bel et Ber­nard Buf­fet, Flo­rence Mal­raux, Ber­nard Frank, Ni­cole Wis­niak,

Fran­çoise Sa­gan à Klos­ters, en Suisse, dans les an­nées 1960.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.