UNE HIS­TOIRE TU­MUL­TUEUSE

L'Obs - - Grands Formats -

1960 Le gé­né­ral de Gaulle inau­gure le pa­que­bot « France », construit en 62 mois dans les Chan­tiers de l’At­lan­tique, un siècle après leur créa­tion par Na­po­léon III.

1976 Les Chan­tiers de l’At­lan­tique, qui viennent de construire les quatre plus gros pé­tro­liers du monde pour Shell, fu­sionnent avec Al­sthom.

2000 Al­stom At­lan­tique se lance dans la course aux gros pa­que­bots et livre en 2003 le « Queen Ma­ry 2 » à la Cu­nard Line.

2006 Le mar­ché de la croi­sière s’est ef­fon­dré. Al­stom cède sa branche ma­rine au nor­vé­gien Aker Yards pour 50 mil­lions d’eu­ros et en conserve 25%.

2007 Le sud-co­réen STX Ship­buil­ding, 5e mon­dial, an­nonce son en­trée au ca­pi­tal d’Aker Yards, va­lo­ri­sé quelques mois plus tôt à 565 mil­lions d’eu­ros. L’Etat fran­çais signe un par­te­na­riat in­dus­triel avec le groupe co­réen et prend 9% du ca­pi­tal des chan­tiers.

2008 Sous la pré­si­dence de Ni­co­las Sar­ko­zy, l’Etat de­vient ac­tion­naire à 33,34% aux cô­tés des Co­réens, tan­dis qu’Al­stom se désen­gage.

2010 Les ef­fec­tifs des Chan­tiers, qui ont em­ployé jus­qu’à 6 000 per­sonnes, tombent sous les 2 000 sa­la­riés. La faillite me­nace.

2012 L’ar­ma­teur amé­ri­ca­no­nor­vé­gien RCCL passe com­mande d’un pa­que­bot géant à plus de 1 mil­liard d’eu­ros, qui sauve STX France.

2016 Se­coué par la concur­rence des chan­tiers na­vals chi­nois, le groupe STX est pla­cé en re­dres­se­ment ju­di­ciaire. La ba­taille s’ouvre pour re­prendre Saint-Na­zaire, dont le sa­voir-faire ci­vil et mi­li­taire est lé­gen­daire, et les car­nets de com­mandes pleins jus­qu’en 2026.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.