Les mi­nistres au scan­ner

L'Obs - - Le Telephone Rouge - MA­THIEU DELAHOUSSE

U ne dis­po­si­tion pas­sée in­aper­çue dans la loi de confiance vo­tée à l’As­sem­blée la se­maine der­nière o cia­lise le contrôle sys­té­ma­tique des mi­nistres avant même leur no­mi­na­tion. L’ar­ticle 7 ter de la loi pré­voit que « le pré­sident de la Ré­pu­blique peut, avant la no­mi­na­tion de tout membre du gou­ver­ne­ment et à pro­pos de la per­sonne

dont la no­mi­na­tion est en­vi­sa­gée », de­man­der son dos­sier dé­po­sé à la Haute Au­to­ri­té pour la Trans­pa­rence de la Vie pu­blique, mais aus­si une at­tes­ta­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale et le bul­le­tin n° 2 de son ca­sier ju­di­ciaire. L’ob­ses­sion est tou­jours d’évi­ter de dé­cou­vrir des cas­se­roles chez les mi­nistres alors qu’ils ont dé­jà été nom­més. Après la vic­toire d’Em­ma­nuel Ma­cron à la pré­si­den­tielle, ce contrôle avait été me­né par une mis­sion ri­gou­reuse et o cieuse de plu­sieurs grands com­mis de l’Etat mis­sion­nés par l’Ely­sée. Mais ils avaient alors agi sans cadre lé­gal, en s’ap­puyant sur la bonne vo­lon­té des can­di­dats aux postes mi­nis­té­riels, prêts à mon­trer patte blanche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.