Ci­né­ma, livres, mu­sique, ex­po­si­tions, théâtre… Notre sé­lec­tion

SOU­VE­NIRS DE LA MA­RÉE BASSE, PAR CHAN­TAL THO­MAS, SEUIL, 240 P., 18 EU­ROS.

L'Obs - - SOMMAIRE - JÉ­RÔME GAR­CIN

D’or­di­naire, la mé­moire aime les vieilles pierres, le bronze pa­ti­né, le bois fa­ti­gué, tout ce qui est lourd à por­ter. Au contraire, pour la dix-hui­tié­miste Chan­tal Tho­mas (pho­to), qui a des yeux bleu la­gon et dont l’oeuvre est une ode cris­tal­line à la lé­gè­re­té, le pas­sé ne doit pas peser. La ro­man­cière des « Adieux à la reine » vient d’ailleurs d’in­ven­ter, avec « Sou­ve­nirs de la ma­rée basse », un nou­veau genre lit­té­raire : les sou­ve­nirs li­quides, l’au­to­bio­gra­phie aqueuse. Elle laisse ac­croire que, de l’étang am­nio­tique ori­gi­nel au lac de Pa­la­dru et du bas­sin d’Ar­ca­chon au fleuve Hud­son, sa vie n’en fi­nit pas de cou­ler de source. Il est vrai qu’elle fut à bonne école. Sa mère, Ja­ckie, fille d’un poi­lu et che­mi­not, ne res­pi­rait qu’en na­geant. Dé­pres­sive sur terre, elle exul­tait dans l’eau. Elle plon­gea même, un jour, dans le grand ca­nal du châ­teau de Ver­sailles, dont sa fille al­lait être plus tard la mé­mo­ria­liste, où elle craw­la élé­gam­ment, igno­rant les restes des gon­doles vé­ni­tiennes qui pour­ris­saient sous ses pieds, dans la vase. Ja­ckie vé­cut en­suite à Ar­ca­chon, où la mé­de­cine vou­lut trai­ter sa mé­lan­co­lie avec des élec­tro­chocs. Après la mort, à 43 ans, de son ma­ri, le tai­seux Ar­mand, la jeune veuve quit­ta, avec leur fille unique, l’At­lan­tique pour la Mé­di­ter­ra­née, la Côte d’Ar­gent pour la Côte d’Azur, le cap Fer­ret pour le cap Fer­rat. Là, sans ces­ser de sculp­ter chaque jour son corps dans l’eau, elle s’ins­cri­vit dans une agence ma­tri­mo­niale et de­vint la muse d’un riche peintre sué­dois, qui la re­bap­ti­sa « El­la » et la por­trai­tu­ra en naïade, sous tous les angles. Glis­sant d’un sou­ve­nir l’autre, du Bas­sin où elle a gran­di en « chif­fon­nière de la mer », en « gla­neuse de va­rech », à New York, où elle a en­sei­gné les « Exer­cices de style » de Ray­mond Que­neau, Chan­tal Tho­mas donne un por­trait sai­sis­sant de cette mère si obs­cure à la mai­son et si lu­mi­neuse dans les vagues, qui sem­blait tou­jours flot­ter pour ne ja­mais cou­ler. D’elle, la spé­cia­liste de Sade, Ca­sa­no­va, Tie­po­lo, la confi­dente de Ma­rie-An­toi­nette, la lo­ca­taire mo­zar­tienne du siècle des Lu­mières a hé­ri­té le goût du grand large, de la fuite en avant, de la jouis­sance so­li­taire et des pro­fon­deurs ma­rines. Ce livre à la prose fluide et sa­lée qu’au­rait tant ai­mé Co­lette, où, por­tée par un cou­rant loin­tain, elle se sou­vient d’une femme ou­blieuse, Chan­tal Tho­mas l’a écrit, l’été, sur une plage de la bien­nom­mée Baie des Anges. C’est là que, après avoir ha­bi­té Men­ton, Ja­ckie ter­mi­na en ef­fet sa vie, très âgée, les pieds dans l’eau. Et lorsque dé­sor­mais la ro­man­cière s’y baigne, la mère qu’elle voit dan­ser a des re­flets d’ar­gent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.