L’hu­meur de Jé­rôme Gar­cin

L'Obs - - SOMMAIRE - Par JÉ­RÔME GAR­CIN J.G.

Le ba­taillon de la ren­trée lit­té­raire compte beau­coup de dé­lin­quants, mais un seul of­fi­cier de po­lice en ac­ti­vi­té. Il s’ap­pelle Joël Ba­qué. On le sa­lue res­pec­tueu­se­ment. Que cet au­teur ait été le plus jeune gen­darme de France et que, sur une plage du sud de la France où un vieux bou­quin en­sa­blé de Fran­cis Ponge dé­ci­da de son des­tin (lire, de lui, l’ex­cellent «La mer c’est rien du tout »), qu’il soit en­suite de­ve­nu maître-na­geur-sau­ve­teur des CRS, ajoute au plai­sir qu’on prend à lire ce ro­man dé­li­rant et, pour tout dire, très peu ré­gle­men­taire. « La Fonte des glaces » (P.O.L, 17 eu­ros) est en ef­fet le ro­man d’un fon­du. On y suit les aven­tures ré­fri­gé­rantes de Louis, un char­cu­tier tou­lon­nais, veuf et re­trai­té, qui fut rap­peur sous le nom de Fuck Dog Louis. Après avoir ache­té, chez un bro­can­teur, un man­chot em­pe­reur qui dor­mait, em­paillé, dans une ar­moire fla­mande, Louis l’ins­talle, avec onze autres de ses congé­nères com­man­dés sur in­ter­net, dans son gre­nier ré­fri­gé­ré à la tem­pé­ra­ture de la ban­quise. Mais le spec­tacle do­mes­tique de cette « dream team » ne lui suf­fit pas. Il dé­cide alors d’al­ler, en mo­to­neige et avec l’aide d’un Inuit ri­ca­neur, à la ren­contre des vrais man­chots de l’An­tarc­tique, où il dé­couvre la triple sa­tis­fac­tion d’ad­mi­rer un ani­mal qui « in­carne une exi­gence dont l’ab­sence rend toute chose fa­ti­guée d’elle-même », de se faire dra­guer par une fe­melle en cha­leur et de dé­gus­ter de vieux bis­cuits so­vié­tiques (aux ver­tus hal­lu­ci­no­gènes) re­ve­nus dans la graisse de phoque. Après quoi, l’an­cien roi de la rillette, dont j’ou­blie de pré­ci­ser qu’il fut conçu en Afrique noire par un comp­table de ba­na­ne­raie mort sous un élé­phant, s’en­vole pour le Grand Nord ca­na­dien avec des chas­seurs d’ice­bergs pré­his­to­riques – l’un d’entre eux de­vant faire une en­trée triom­phale en rade de Tou­lon. Au cours de cette odys­sée, qui ver­ra l’ar­ti­san de la tripe va­roise de­ve­nir le For­rest Gump de l’éco­lo­gie, on ap­prend que la ba­nane et l’être hu­main par­tagent 40% de leurs gènes ; que la Cli­nen­court élec­trique, une tran­cheuse à jam­bon trois vi­tesses, fa­vo­rise la co­pu­la­tion sau­vage ; que l’Ice­berg Vod­ka et la Groen­land Ale sont des ali­ca­ments ; que le man­chot brait ou ja­bote, mais qu’il ne bronche pas quand un pé­trel lui dé­fonce le crâne. Bref, ce que Louis pro­fesse à pro­pos de cet oi­seau ma­rin, « Le voir, c’est le connaître. Le connaître, c’est l’ai­mer », vaut pour « la Fonte des glaces », le ro­man le plus drôle et le moins conge­lé de la ren­trée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.