Lou n’y est pas

LOU ET L’ÎLE AUX SIRÈNES, PAR MA­SAA­KI YUA­SA. FILM D’ANI­MA­TION JA­PO­NAIS (1H52).

L'Obs - - CRITIQUES - XA­VIER LEHERPEUR

Ce n’était pas l’en­vie d’ai­mer qui man­quait. Un cris­tal du meilleur long-mé­trage lors du der­nier Fes­ti­val d’An­ne­cy, des fans évo­quant une poé­sie psy­ché­dé­lique, un pro­jet in­dé­pen­dant por­té par la seule convic­tion de son au­teur : tous les in­di­ca­teurs étaient au vert. Et puis rien. Un film d’ani­ma­tion mal­adroit, d’un ba­roque fre­la­té, à la ban­de­son et à la gamme chro­ma­tique criardes et épui­santes, et dont le scé­na­rio pioche sans ver­gogne dans « Po­nyo sur la fa­laise », de Miya­za­ki. Soit un ado mal dans sa peau (comme il se doit dans l’ani­ma­tion ja­po­naise) et mu­si­cien qui, à la suite du di­vorce de ses pa­rents, échoue dans un pe­tit vil­lage cô­tier où il fait la connais­sance d’une si­rène ex­tra­ver­tie qui va de­ve­nir sa muse. La mise en scène est sans grâce. Une es­thé­tique ba­lourde et un gra­phisme mé­ca­nique ex­cluent toute pos­si­bi­li­té de ma­gie ou d’éblouis­se­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.