Le té­lé­phone rouge

L'Obs - - Sommaire - MAËL THIER­RY

C’est un coup de té­lé­phone sur­réa­liste que ra­conte Gas­pard Gant­zer, l’an­cien conseiller en com­mu­ni­ca­tion de Fran­çois Hol­lande, dans le livre qu’il pu­blie cette se­maine, « La po­li­tique est un sport de com­bat » (Fayard), où il re­vient sur ses trois ans à l’Ely­sée. Nous sommes le 11 no­vembre 2016, il est 16 heures, et « le mo­ment tant re­dou­té est ar­ri­vé » : le pre­mier ap­pel du pré­sident Do­nald Trump à son ho­mo­logue fran­çais. « I love France, I love Pa­ris,

I love your wine, I love… », en­tame le nou­vel élu. Hol­lande le coupe pour par­ler de la Sy­rie ou du cli­mat. « Il a droit à un “Eve­ry­thing you

want” [tout ce que vous vou­lez], ponc­tué d’un “yeahhh” de bon aloi », écrit Gant­zer, se­lon le­quel « la conver­sa­tion se ter­mine en apo­théose sur­réa­liste. Trump de­mande trois fois au pré­sident s’il a des conseils à lui don­ner pour la for­ma­tion de son gou­ver­ne­ment et le re­cru­te­ment de ses col­la­bo­ra­teurs : “You know ma­ny great Ame­ri­cans. And you are one of the grea­test lea­ders in the world… Could you help me with the re­crui­ting of my new sta ? I need re­com­men­da­tions [Vous connais­sez de nom­breuses grandes per­son­na­li­tés amé­ri­caines, vous êtes un des plus grands lea­ders de la pla­nète, pou­vez-vous m’ai­der à re­cru­ter mon équipe, j’ai be­soin de re­com­man­da­tions]” ». « Il se moque tel­le­ment de nous que c’en de­vient drôle, pour­suit le com­mu­ni­cant. Et comme Fran­çois Hol­lande ne lui ré­pond pas, il com­mence à lis­ter un cer­tain nombre de per­sonnes, en de­man­dant son avis au pré­sident, qui se garde bien de lui dire ce qu’il en pense ». « Thank you so much, Fran­çois », conclut Trump tan­dis que Hol­lande, une fois rac­cro­ché, se tourne en riant vers ses col­la­bo­ra­teurs : « Il est quand même… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.