L’écri­ture in­clu­sive

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

“De­vant cette aber­ra­tion ‘in­clu­sive’, la langue fran­çaise est en pé­ril mor­tel.” L’ACA­DÉ­MIE FRAN­ÇAISE.

“C’est l’Aca­dé­mie qui est in­ter­ven­tion­niste quand elle en­tend pros­crire cer­tains usages. Elle est cen­sée en­re­gis­trer la ma­nière dont une langue évo­lue.” ÉLIANE VIENNOT, spé­cia­liste de l’his­toire de la langue.

“On doit re­ve­nir aux fon­da­men­taux sur le vo­ca­bu­laire et la gram­maire, je trouve que ça ajoute une com­plexi­té qui n’est pas né­ces­saire.” JEAN MI­CHEL BLAN­QUER, mi­nistre de l’Edu­ca­tion na­tio­nale.

“Le lan­gage in­clu­sif est une condi­tion né­ces­saire, mais pas suf­fi­sante pour qu’une so­cié­té soit moins sexiste.” RA­PHAËL HAD­DAD, cher­cheur et fon­da­teur du ca­bi­net de conseil en com­mu­ni­ca­tion Mots-Clés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.